# EODE THINK TANK / VENEZUELA ELECTION 2013 REPORT – 1e Partie / ELECTION PRESIDENTIELLE POST-CHAVEZ LE 14 AVRIL

EODE - LM rapport Venezuela 1e PARTIE (20 03 10) FR  1

 

Luc MICHEL for EODE Think Tank /

avec AFP – PCN-SPO – El Universal – El Nacional / 2013 03 10 /

http://www.facebook.com/EODE.Think.Tank

www.eode.org

L’élection présidentielle post-Chavez au Venezuela aura lieu le dimanche 14 avril, a annoncé samedi le Conseil national électoral (CNE). « Nous convoquons l’élection électorale présidentielle pour le 14 avril », a déclaré dans une intervention télévisée la présidente du CNE, Lucena Tibisay.

Les candidatures devront être déposées entre dimanche et lundi, et la campagne électorale officielle se déroulera du 2 au 11 avril, a ajouté la présidente du CNE.

Cette élection comblera le vide laissé par le président Hugo Chavez, décédé mardi à Caracas d’un cancer. Le dirigeant bolivarien charismatique avait été réélu en octobre 2012 pour un nouveau mandat de six ans, après avoir passé déjà 14 ans au pouvoir, sans cesse victorieux aux élections. Mais son état de santé dégradé ne lui avait pas permis de prêter serment.

DEUX CAMPS SE CONFRONTENT

Le vice-président d’Hugo Chavez, Nicolas Maduro, que le « Comandante » avait désigné en décembre comme son dauphin, a prêté serment vendredi soir comme président par intérim et sera le candidat du Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV).

Cet ancien conducteur d’autobus, âgé de 50 ans, lieutenant de la première heure de Chavez a exercé les fonctions de président de l’Assemblée nationale (2005-2006), de ministre des Affaires étrangères (2006-2012) et de vice-président depuis l’automne 2012.

Chavez, le charismatique chef de file de la gauche radicale latino-américaine et leader du PSUV, avait été réélu le 7 octobre pour un nouveau mandant de six ans avec environ 55% des voix face au gouverneur Henrique Capriles (44%). De plus en plus gravement malade, le chef de file de la gauche radicale latino-américaine n’avait pas été en mesure de prêter serment début janvier, après sa réélection. II avait en revanche pris soin en décembre de désigner M. Maduro comme son héritier politique.

Fidèle au combat de son mentor auquel il a juré « une loyauté absolue par delà la mort », N. Maduro multiplie des gestes et prises de paroles visant à se forger une stature d’héritier légitime et le continuateur naturel de l’oeuvre du « Comandante ». Vendredi soir, après avoir prêté serment à l’Assemblée, il a participé à une nouvelle cérémonie d’allégeance devant la dépouille de Chavez.

La coalition d’opposition, soutenue par Washington, réunie derrière la candidature de Henrique Capriles a choisi pour son candidat le jeune gouverneur de l’Etat de Miranda (40 ans) qui s’engagera à nouveau dans la compétition. La « Table de l’unité démocratique » (MUD) a décidé « à l’unanimité » d’offrir à Capriles, rival malheureux d’Hugo Cavez en octobre dernier, d’être son candidat, a déclaré son secrétaire général, Ramon Guillermo Aveledo.

LE MUD, BLOC ANTI-CHAVISTE

Le MUD est un bloc anti-chaviste regroupant des partis du centre, de la gauche et de la droite, allant de certains trotskistes à l’extrême-gauche à des groupuscules d’extrême-droite. Sa base sociale est la bourgeoisie chassée du pouvoir par la Révolution bolivarienne.

Le chef de file du MUD Henrique Capriles a déjà accusé le pouvoir de gauche bolivarien « d’abus de pouvoir », qualifiant de « fraude constitutionnelle » la prise de fonction de M. Maduro.

Suivant en celà les méthodes bien connues des « révolutions de couleur » made in USA (1). Le Vénézuela est depuis dix ans la cible permanente des opérations de déstabilisation organisées depuis les USA, la principale tentative ayant eu lieu lors de la présidentielle de 2007. Sur un schéma similaire à celui des « révolutions de couleur » en Europe de l’Est ou des débuts du « printemps arabe » au Proche-Orient.

On notera que le réseau international OTPOR/CANVAS, financé par les Américains, a une trés active section au Venezuela. OTPOR encadre aussi divers groupuscules venezueliens, à l’extrême-droite mais aussi à l’extrême-gauche trotskiste – il s’agit d’occuper tout le terrain oppositionnel des mécontents – , comme « the People Liberation Army of Venezuela ». Au sigle anglais PLAV (2), destiné aux medias US…

Capriles, candidat du MUD en octobre 2012, avait remporté le plus haut score jamais enregistré par un opposant (44%) face à Chavez (55%). Henrique Capriles, tout en se gardant bien de critiquer Chavez, s’emploie de son côté au maximum à décrédibiliser son rival : « Le peuple n’a pas voté pour toi mon garçon », a-t-il lancé vendredi. « De quoi as-tu peur Nicolas? ».

DEUX LECTURES OPPOSEES DE LA CONSTITUTION

H. Capriles a vivement dénoncé vendredi l’intronisation de M. Maduro comme président par intérim et sa future candidature, qu’il a qualifiée de « fraude constitutionnelle ». L’opposant estime que Maduro devrait diriger le pays jusqu’aux élections en tant que « vice-président chargé de la présidence » et non en tant que « président par intérim ». Et que, s’il voulait être candidat à la présidentielle, il devrait renoncer à ses fonctions.

Le gouvernement fait une lecture diamétralement opposée de la Constitution qui a été validée vendredi par le Tribunal suprême de justice vénézuélien. M. Capriles a également vigoureusement mis en cause l’indépendance du Tribunal suprême de justice, qui a validé vendredi la constitutionnalité de la prise de fonction de Maduro et sa future candidature.

Le régime chaviste conteste de son côté cette interprétation de l’article 233 de la Constitution qui prévoit qu’en cas d’incapacité absolue du président pendant les quatre premières années de son mandat (sur un total de six, ndlr), « le vice-président sera chargé de la présidence de la République ».

M. Maduro a juré vendredi qu’il respecterait scrupuleusement la Constitution, avertissant l’opposition qu’elle commettrait « une grave erreur » si elle boycottait les élections, comme elle l’avait fait à l’occasion des législatives de 2006.

En toile de fond de cette querelle sur l’interprétation de la Constitution se joue une bataille symbolique où la figure tutélaire d’un Chavez bientôt embaumé pour l’éternité est omniprésente. « Chavez continue de gouverner à travers Maduro », a commenté José Vicente Rangel, un ancien vice-président de défunt dirigeant bolivarien. « Ce qui ne veut pas dire que ce dernier n’a pas de personnalité, comme il l’a démontré », a-t-il ajouté.

A PEINE CHAVEZ HONORE, LA BATAILLE POUR LA PRESIDENTIELLE COMMENCE

Après 14 ans de règne d’Hugo Chavez, le Venezuela se prépare à une nouvelle bataille électorale où l’héritier politique du défunt « Comandante », le président par intérim Nicolas Maduro, se présentera en position de force face à une opposition contestant sa légitimité.

Les membres du CNE ont aussi déjà fixé le calendrier électoral » dans ce pays pétrolier de 29 millions d’habitants. Selon le quotidien El Universal, « les dépôts de candidatures pourraient commencer dès demain » dimanche.

La Constitution vénézuélienne stipule qu’en cas d’empêchement définitif du président, une élection doit être convoquée dans un délai de 30 jours.

M. Chavez est décédé le 5 mars à Caracas d’un cancer. Il avait pris soin de désigner en décembre M. Maduro comme son successeur en cas de malheur.

A Caracas, les premières affiches « Juntos Maduro presidente » avaient déjà fait leur apparition dès vendredi, comme l’expliquait El Nacional (3).

LM

(1) Cfr. Luc MICHEL, PSEUDO REVOLUTIONS DE COULEUR ET SOI-DISANT PRINTEMPS ARABE : LES COUPS D’ETAT DES USA A L’EST ET EN ORIENT DECRYPTES

Sur : http://www.elac-committees.org/2012/09/28/pcn-info-pseudo-revolutions-de-couleur-et-soi-disant-printemps-arabe-les-coups-d%e2%80%99etat-des-usa-a-l%e2%80%99est-et-en-orient-decryptes/

(2) Cfr. Luc MICHEL, EODE / International Elections Monitoring / VENEZUELA: MADURO CONVOQUE UNE PRESIDENTIELLE APRES LES OBSEQUES DE CHAVEZ

Sur : http://www.eode.org/eode-international-elections-monitoring-venezuela-maduro-convoque-une-presidentielle-apres-les-obseques-de-chavez/

(3) Lire également : EODE / International Elections Monitoring / VENEZUELA: ELECTIONS DANS LES 30 JOURS

Sur : http://www.eode.org/eode-international-elections-monitoring-venezuela-elections-dans-les-30-jours/

EODE - LM rapport Venezuela 1e PARTIE (20 03 10) FR  2

EODE - LM rapport Venezuela 1e PARTIE (20 03 10) FR  3

This entry was posted in * Français, * LM/ Geopolitics/ Latin American/ Amérique Latine, * LM/ Rapports & Analyses/ Reports & Papers. Bookmark the permalink.

Comments are closed.