# LUCMICHEL. NET/„OBAMA MENT !“ AFFIRME ‘DER SPIEGEL’ … QUI CIBLE „UNE ANTENNE SECRETE D’ESPIONNAGE DE LA NSA A BERLIN“ …

LM.NET - EN BREF der spiegel obama ment (2013 10 27) FR

En Bref / avec Der Spiegel – Bild am Sonntag – AFP – PCN-SPO/

2013 10 27/

Der Spiegel, le plus grand et le plus influent hebdomadaire allemand d’investigation, apporte de nouvelles révélations sur l’espionnage de la NSA américaine en Allemagne. La NSA espionne la chancellière Merkel depuis plus de dix ans. Et Obama – véritable Nobel de la duplicité et du mensonge – a marqué son accord pour que çà continue ! Selon l’hebdomadaire allemand, les USA pourraient avoir espionné Angela Merkel dès l’année 2002 ! Selon la presse allemande, Barack Obama aurait assuré à son homologue « ne pas avoir eu connaissance de telles pratiques » (sic).

Der Spiegel rapporte pourtant que le téléphone portable d’Angela Merkel a été placé dès 2002 sur une liste établie par un service spécial de la NSA, le Special Collection Service (SCS). Il y figurait sous le code « GE Chancellor Merkel » et « s’y trouvait toujours dans les semaines qui ont précédé la visite de Barack Obama à Berlin en juin ». Le quotidien Bild am Sonntag cite lui aussi des sources des services secrets américains selon lesquelles « le chef de l’Agence de sécurité américaine (NSA) Keith Alexander aurait informé le président des Etats-Unis des écoutes dont était l’objet d’Angela Merkel dès 2010 ». « Une révélation qui vient ajouter de l’huile sur le feu de la colère des Allemands, outrés d’avoir appris cette semaine que la NSA avait mis sur écoute le téléphone portable de la chancelière », commente l’AFP.

Mais le Spiegel ne s’arrête pas là. Il dévoile, documents ‘Snowden’ à l’appui, l’existence d’une antenne secrète d’espionnage de la NSA installée à l’Ambassade US de Berlin. ‘Too much is too much’ … L’hebdo berlinois, citant un document du ‘Special Collection Service’ – un service spécial de la NSA -, affirme que l’agence américaine dispose d’une « antenne d’espionnage non recensée légalement » au sein de l’ambassade des Etats-Unis à Berlin. « C’est grâce à elle que la NSA pouvait surveiller les communications dans le quartier des ministères ». Der Spiegel révèle même l’existence « d’antennes similaires dans 80 autres endroits dans le monde, tels que Paris, Madrid, Genève et Francfort ». Dans un document du SCS cité par le magazine, la NSA dit aussi que la mise au jour de cette antenne « nuirait gravement aux relations des Etats-Unis avec un autre gouvernement » (sic).

Dans une précédente édition, début octobre, Der Spiegel affirmait que « L’Union européenne faisait partie des cibles prioritaires de surveillance du service américain de renseignements NSA », s’appuyant déjà sur des documents de l’ancien consultant américain réfugié en Russie, Edward Snowden. Dans un document datant d’avril 2013, la NSA « assure que les questions de politique étrangère de l’Union européenne, de commerce international et de stabilité économique figurent parmi les objectifs prioritaires de surveillance », selon l’hebdomadaire. Le service américain a ainsi établi une échelle de 1 (« plus haut intérêt ») à 5 (« faible intérêt ») dans laquelle ces trois thèmes sont dotés de la priorité 3, poursuit le magazine qui dit avoir consulté les documents de Snowden. Parmi les pays ciblés par le programme de surveillance de la NSA, l’Allemagne se retrouve au même niveau que la France et le Japon, mais devant l’Italie et l’Espagne. Priorité est donnée « aux questions de politique étrangère de l’Allemagne, de stabilité économique et de dangers pour la finance », qui sont classées priorité 3.

Der Spiegel avait encore affirmé fin juin, toujours en se fondant sur des documents fournis par Snowden, que la NSA, accusée d’espionner les communications électroniques mondiales dans le cadre du programme Prism, « avait pris pour cibles les bureaux de l’Union européenne à Bruxelles et la mission diplomatique de l’UE à Washington. La délégation de l’UE auprès des Nations unies a fait l’objet d’une surveillance similaire », selon Der Spiegel. En septembre enfin, l’hebdo berlinois avait révélé l’espionnage des diplomates français à Washington et à l’ONU.

Avec un « allié » comme Washington, les politiciens de l’UE n’ont pas besoin d’ennemis …

Luc MICHEL

_________________________

Luc MICHEL /

PROFIL Facebook  https://www.facebook.com/luc.michel.505

Twitter  https://twitter.com/LucMichelPCN

PAGE OFFICIELLE Facebook  https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel

Website  http://www.lucmichel.net/

This entry was posted in # ACTU / BREAKING NEWS, * Français, * LM/ Editoriaux & Analyses 1983-2013. Bookmark the permalink.

Comments are closed.