# LUCMICHEL.NET/ MES ANALYSES ET INFORMATIONS CONFIRMEES (1)/ ALORS QUE LES OCCIDENTAUX OSENT ACCUSER SANS RETENUE MOSCOU ET DONETSK, TOUT ACCABLE KIEV DANS LE CRASH D’AIR MALAISIA !

LM.NET - SPOTLIGHT air malaisia Ukraine (2014 07 21) FR

Luc MICHEL/ Spotlight /

Avec AFP – Afrique Media TV – EODE-TV – PCN-SPO/ 2014 07 21/

MES ANALYSES ET INFORMATIONS CONFIRMEES …

Dans l’Emission spéciale ‘CRASH D’AIR MALAISIA’ que j’ai produite avec AFRIQUE MEDIA TV et EODE-TV et qui a été diffusée pour la première fois ce vendredi soir (18 juiilet), j’ai soulevé un certain nombre d’hypothèses sérieuses et expliqué pourquoi ce n’est pas Moscou qui fait figure d’accusée – malgré les cris d’orfraies russophobes des médias de l’OTAN – mais bien Kiev.

* Voir l’émission complète sur le Website Vimeo d’EODE-TV :

https://vimeo.com/101242725

Aujourd’hui, les médias occidentaux découvrent ces hypothèses et un général de l’Etat-major russe les confirme !

« Crash du vol MH17: un avion militaire ukrainien près de l’avion malaisien? » titre l’AFP ce lundi 21 juillet, reprise par de grands journaux européens comme La Libre Belgique (Bruxelles) et même LCI. L’info évidemment devenait chaque heure davantage plus inévitable …

UN GENERAL DE L’ETAT-MAJOR RUSSE ACCUSE KIEV !

Un général de haut rang, le chef du commandement opérationnel de l’Etat-major général de l’Armée russe, le Lieutenant-général Kartapolov a en effet accusé ce lundi « indirectement Kiev d’avoir abattu le Boeing malaisien en affirmant qu’un avion de chasse ukrainien se trouvait à proximité avant le crash et que des missiles sol-air étaient positionnés dans la zone ». « On a observé la montée d’un avion ukrainien SU-25 en direction du Boeing malaisien qui se trouvait alors à une distance de 3 à 5 km. Le Su-25 peut atteindre une altitude de 10.000 mètres. Il dispose de missiles air-air qui peuvent tirer jusqu’à 12 km et garantissent la destruction d’un objectif jusqu’à 5 km », a déclaré le général au cours d’une conférence de presse à Moscou. « Nous nous posons la question : dans quel but un avion de chasse faisait-il un vol à cette altitude et en même temps qu’un avion civil ? », a-t-il poursuivi.

Le général, s’appuyant sur des images satellites difficilement déchiffrables pour des non-spécialistes, a avancé d’autres éléments susceptibles d’accuser les forces ukrainiennes d’avoir abattu le Boeing qui transportait 298 personnes. Il a assuré que « la Russie allait transmettre aux experts européens et malaisiens toutes les informations dont elle dispose sur le crash de l’avion malaisien ». « Après Donetsk, l’avion malaisien a changé de cap, et s’est écarté de son corridor vers la gauche jusqu’à 14 km. Il a ensuite tenté de revenir dans ce corridor, mais n’a pas réussi à accomplir cette manoeuvre jusqu’au bout. A 17H20, on a observé une baisse sensible de sa vitesse et à 17H23, il a disparu des écrans radar des contrôleurs russes. Question : pourquoi est-il sorti de son corridor, est-ce une erreur de pilotage ou un ordre donné par les aiguilleurs du ciel ukrainiens ? », a ajouté le général Kartapolov.

Le général a par ailleurs affirmé que « des missiles sol-air des forces ukrainiennes, capables d’abattre une cible à 35 km de distance, étaient positionnées non loin de Donetsk le jour de la catastrophe ». « Pourquoi ces forces ukrainiennes se trouvaient-elles à cet endroit et contre qui étaient dirigées ces armes antiaériennes alors que tout le monde sait que les combattants (séparatistes) n’ont pas d’aviation ? », a-t-il poursuivi.

La Russie a aussi « enregistré une intensification de l’activité des radars le jour où le Boeing malaisien s’est écrasé », a encore annoncé le général Andreï Kartopolov. Selon le général Kartopolov, « neuf radars ukrainiens ont fonctionné le 17 juillet dans la région où l’avion malaisien est tombé. Le 15 juillet, sept radars ont été en service dans ce secteur et le 16 juillet il y en avait huit. Ensuite le nombre des radars opérationnels n’a cessé de diminuer. A l’heure actuelle, seuls 2 ou 3 radars ukrainiens fonctionnent dans cette région ». « Il reste à établir quelles sont les raisons de ce regain d’activité », a ajouté le général.

LES « PREUVES INEXISTANTES » D’OBAMA …

Le général a par ailleurs démenti que la Russie ait fourni aux insurgés prorusses des systèmes de missiles Bouk, soupçonnés d’être à l’origine de l’accident du vol MH17, comme l’en accusent Kiev et Washington. Les Etats-Unis ont déclaré disposer d’images satellite confirmant que le tir a été effectué par les combattants (séparatistes). « Mais personne n’a vu ces photos », répond le général, qui a invité les Américains « s’ils disposent de telles photos » à les montrer à la communauté internationale …

… ET LES INDICES BIEN REELS DE MOSCOU

Le ministère russe de la Défense a aussi publié sur son site les photos du crash du Boeing 777 de Malaysia Airlines  qu’il avait présenté lors d’un point de presse. Confirmant mon analyse diffusée sur AFRIQUE MEDIA et où j’expliquais que Moscou avait en mains un dossier solide et en savait beaucoup sur le crash d’Air Malaisia.

Le site du ministère présente aussi des données photographiques fournies par le Système unifié de contrôle du trafic aérien (Centre de Rostov-sur-le-Don), une carte de déploiement des moyens de Défense antimissile des forces armées de l’Ukraine dans la région de Donetsk et les données statistiques sur le nombre de stations radar de défense antiaérienne des forces armées ukrainiennes dans la zone du crash. Des photos prises par satellite présentant le déploiement de différents moyens de défense antimissile à différentes périodes de temps sont également fournies.

Luc MICHEL

_________________________

Luc MICHEL /

PROFIL Facebook  https://www.facebook.com/luc.michel.505

Twitter  https://twitter.com/LucMichelPCN

PAGE OFFICIELLE Facebook  https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel

Website  http://www.lucmichel.net/

LM.NET - SPOTLIGHT air malaisia Ukraine (2014 07 21) FR 2

 

This entry was posted in # ACTU / BREAKING NEWS, * Français. Bookmark the permalink.

Comments are closed.