# LUCMICHEL.NET / L’EXPLOITATION ABSOLUE DE L’HOMME PAR L’HOMME DECRYPTEE: L’ESCLAVAGE, UNE ABOMINATION UNIVERSELLE …

LM.NET - LM esclavage decrypte (2015 05 11) FR (1)

Luc MICHEL /
Avec Eburnie News – PCN-SPO / 2015 05 11 /
https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel
http://www.lucmichel.net

Vous êtes nombreux à me demander le pourquoi du clash qui m’a opposé à un paneliste sur le plateau du DEBAT PANAFRICAIN d’AFRIQUE MEDIA TV ce dimanche, suite à mon intervention sur la JOURNEE DES ABOLITIONS DE L’ESCLAVAGE ce 10 mai en France, où je saluais la mémoire de Robespierre (1ere abolition de 1794) et de Victor Schoelcher (2e abolition de 1848) …

Je n’écris pas pour être populaire. Mais pour un public adulte, en Eurasie, en Afrique ou aux Amériques, capable de réfléchir et de comprendre. Qui a appris à aller au-delà des « totems de la tribut » comme disait Arthur Koestler. Je fais ce que je dis et je dis ce que je fais. Sur l’esclavage comme sur tous les sujets …

L’esclavage n’est pas un conflit racial, noir contre blancs, c’est la pire des formes d’exploitation de l’homme par l’homme. C’est avec la torture et le génocide l’une des trois abominations dont l’humanité – blanche, noire (1), jaune – a osé se rendre coupable. Une abomination qui a concerné TOUTES les civilisations de la plus haute antiquité à nos jours (l’esclavage étant encore pratiqué de façon insidieuse et dissimulée dans trop de pays, dont les monarchies réactionnaires du Golfe, les « Califat » et autres « émirats » djihadistes …).

Jusque ce que la CIVILISATION DES LUMIERES (2), qui est universelle et universaliste, débouche sur une Révolution politique, idéologique et non nationale, celle du JACOBINISME. Celle de Robespierre et la 1ere Commune de Paris, 1792-94, qui est aussi la matrice des partis révolutionnaires modernes, de Blanqui et Mazzini à Lenine et à notre PCN (3). Qui proclamera et imposera dans les faits l’égalité du Genre humain, la pleine citoyenneté des noirs et des juifs, l’abolition de l’Esclavage …

Et les européens ont aussi payé le prix du sang. Le vocable « esclave » vient de « slave » (on l’oublie chez les Afrocentristes), population massivement razziée entre le 6e et le 19e siècle par les empires orientaux, dont celui des Ottomans.

Le Hasard veut que ce jour un Website ami, celui d’EBURNIE NEWS (Côte d’Ivoire) consacre, lui, un article à la Traite des blancs en Méditerranée. Basé sur le livre faisant autorité de l’historien Robert C. Davis (4).
Voici ce qu’écrit ce Site africain : « On l’ignore totalement : au XVIe siècle, les esclaves blancs razziés par les musulmans furent plus nombreux que les Africains déportés aux Amériques. L’historien américain Robert C. Davis restitue les pénibles conditions de vie de ces captifs italiens ou espagnols (…) Car l’Italie, “œil de la chrétienté”, fut sans aucun doute, entre le XVIe et le XVIIIe siècle, la région la plus touchée par les raids des Barbaresques, ou Africains du Nord. Des villages y furent sinistrés, des activités (comme la pêche) entravées, des esprits et des sociétés durablement secoués. La Méditerranée devenant “la mer de la peur”, nombre d’Italiens auraient alors délaissé les littoraux pour s’installer plus loin, vers l’intérieur. A propos des effets à long terme de ces razzias, l’auteur va jusqu’à parler de “désastre social et psychologique” – une question qui mériterait sans doute des études plus étoffées (…) Estimant à environ 15 % le taux de mortalité des esclaves déjà plus ou moins acclimatés à leur nouvelle condition, il évalue entre un million et 1.250.000 le nombre d’esclaves blancs détenus, entre 1530 et 1780, sur un territoire s’étendant de l’Algérie à la Libye actuelles. Au XVIe siècle, il y avait donc annuellement plus d’esclaves blancs razziés que d’Africains déportés aux Amériques.»

On voit que l’esclavage conduit partout et en tous temps à la même catastrophe et à la même misère humaine. En Italie ou en Afrique ! L’esclavage, quel qu’en soient les victimes et les esclavagistes, est une abomination. Et comme le proclamait le grand Robespierre le 13 mai 1791, dans son « Discours contre l’esclavage » et l’ignoble « Code Noir » de l’Ancien Régime, « Dès le moment où dans un de vos décrets, vous aurez prononcé le mot esclaves, vous aurez prononcé et votre propre déshonneur et le renversement de votre Constitution ».

# Lire :
L’esclavage blanc en Méditerranée (1500-1800): Esclaves chrétiens, maîtres musulmans.

Luc MICHEL

(1) Cfr. Alain Mabanckou, LE SANGLOT DE L’HOMME NOIR, Ed. Fayard, 2012.
L’écrivain congolais Alain Mabanckou, , rappelle des vérités occultées par les partisans de l’Afrocentrisme et s’attaque au grand tabou de l’Afrique contemporaine concernant l’esclavage et la traite négrière : « La traite des Noirs est une honte pour l’humanité. Un crime contre l’humanité. Qu’elle soit le fait des Européens, via l’Atlantique. Ou des Arabes, via le Sahara ou Zanzibar. Pourtant, il serait inexact d’affirmer que le Blanc capturait tout seul le Noir pour le réduire en esclavage. La part de responsabilité des Noirs dans la traite négrière reste un tabou parmi les Africains, qui refusent d’ordinaire de se regarder dans un miroir ».

L’écrivain congolais, qui vit entre la France et les Etats-Unis, où il est professeur, n’est pas le premier à pointer du doigt la responsabilité africaine dans l’horreur de la traite. Le Malien Yambo Ouologuen, dans son livre LE DEVOIR DE VIOLENCE, avait en 1968 revisité l’histoire africaine, soulignant que « les horreurs de l’esclavage existaient sur le continent bien avant l’arrivée des Blancs ». Et Mabanckou s’inscrit dans sa lignée, reprenant même le titre de son ouvrage «le devoir de mémoire» dans un chapitre essentiel de son propre livre. « Mais aujourd’hui, en France comme en Afrique, qui connaît Ouologuen? Qui le lit encore?
Le directeur du patrimoine culturel du ministère sénégalais de la Culture Hamady Bocoum, lors d’une table-ronde en 2007 à Gorée, s’était déjà demandé « pourquoi cette traite a eu pour cadre l’Afrique et a duré si longtemps, pourquoi l’Afrique n’a pas su bien résister? ». Avant de donner un élément de réponse: « Quand un peuple est vaincu, il y a forcément des collaborateurs ».

(2) Cfr.Yves Benot, LES LUMIERES, L’ESCLAVAGE, LA COLONISATION, textes réunis et présentés par Roland Desné et Marcel Dorigny, Paris, Éditions la Découverte, 2005.

(3) Cfr. Luc MICHEL, LE PARTI HISTORIQUE REVOLUTIONNAIRE (Machiavelisme, Jacobinisme, Leninisme, Communautarisme), 2e édition, Editions Machiavel, Bruxelles, 1991.

(4) Cfr. Robert C. Davis, CHRISTIAN SLAVES, MUSLIM MASTERS. WHITE SLAVERY IN THE MEDITERRANEAN , THE BARBARY COAST AND , 1500-1800, Basingstoke , Palgrave Macmillan, 2003.
_________________________
Luc MICHEL /
PROFIL Facebook https://www.facebook.com/pcn.luc.michel.2
Twitter https://twitter.com/LucMichelPCN
PAGE OFFICIELLE Facebook https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel
Website http://www.lucmichel.net

LM.NET - LM esclavage decrypte (2015 05 11) FR (2) LM.NET - LM esclavage decrypte (2015 05 11) FR (3)

This entry was posted in # ACTU / BREAKING NEWS, * Français, * LM/ Editoriaux & Analyses 1983-2013 and tagged , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.