# PCN-INFO / REVOLUTION DE COULEUR TUNISIENNE : LES IDIOTS UTILES ONT BIEN TRAVAILLE POUR OBAMA DEPUIS 2011 !

PIH - LM tunisie 2011-2015 (2015 05 22) FR 1

Luc Michel à Tunis début 2011.

Luc MICHEL & Fabrice BEAUR pour PCN-Info /
avec AFP/ 2015 05 22 /
http://www.scoop.it/t/pcn-spo
https://www.facebook.com/PCN.NCP.press.office

« Ce sont les Américains qui ont pris les choses en main (…) Les militaires américains ont parlé avec leurs homologues tunisiens, et Ben Ali a été prié, sans plus attendre, de quitter le territoire »
- Michèle Alliot-Marie (ministre française de la Défense, janvier 2011).

Le président américain Barack Obama a affiché ce jeudi son « soutien à la Tunisie » (comme la corde soutient le pendu) en annonçant son intention d’accorder à ce pays, où le soi-disant « printemps arabe » – en fait une vague de révolutions de couleur – avait débuté il y a quatre ans (après un premier essai raté fin 2010 en Algérie), le statut d’ « allié majeur non-membre de l’Otan ». « Les Etats-Unis croient en la Tunisie », a déclaré Obama dans le Bureau ovale en s’engageant, en présence de son homologue tunisien Béji Caïd Essebsi, à renforcer l’aide économique et l’assistance militaire envers « ce petit pays de 11 millions d’habitants confronté à la menace jihadiste, alimentée par le chaos en Libye voisine » écrit sans rire l’AFP.

RETOUR SUR 2011 ET LA PSEUDO « REVOLUTION DU JASMIN » …

Nous étions début 2011. Je publiais le 21 janvier pour PCN-INFO, le premier et longtemps le seul, la première analyse identifiant ce « printemps hiver » tunisien à une révolution de couleur.

J’écrivais alors ce qui suit sous le titre « : LA REVOLUTION DU PEUPLE TRAHIE, CONFISQUEE, MANIPULEE … L’ARMEE TUNISIENNE A FAIT UN COUP D’ETAT CONTROLE PAR LES AMERICAINS ! » :

« MAM (Michèle Alliot-Marie, alors ministre française de la Défense) : « Ce sont les Américains qui ont pris les choses en main ». Les révélations du CANARD ENCHAINE (Paris, 19 janvier 2011), les aveux de la ministre française Alliot-Marie ! Pourquoi l’armée et la police continuent à tuer des Tunisiens …
La France totalement hors du coup (bravo les neocons français, une fois de plus cocus et traités comme des valets) … Obama pense qu’un maghreb démocratique est le rempart (sic) ctre les islamistes. Une méconaissance totale du Mahreb ! Résultat : les islamistes tunisiens rentrent et se réorganisent.
On comprend l’adoption par les médias de l’OTAN du terme « révolution de Jasmin », qui relie le coup tunisien aux « révolutions de couleur », en fait les contre-révolutions organisées dans l’Est européen par les USA contre les régimes anti-occidentaux.
Pauvre peuple tunisien trahit à nouveau … Sur lequel on tire à nouveau ! »

* Original sur :
http://www.facebook.com/photo.php?pid=779444&id=137004106310491&saved

… 4 ANS APRES VOILA LA TUNISIE « ALLIE MAJEUR NON-MEMBRE DE L’OTAN » !

Mais revenons à 2015. C’est la deuxième fois qu’Obama recevait Caïd Essebsi dans le Bureau ovale. La première fois, en octobre 2011, ce dernier était Premier ministre d’un « gouvernement de transition » (toujours cette « transition » qui veut dire américanisation), mis en place après la révolution de couleur, travestie en soulèvement populaire, et appuyée dans la réalité sur un coup d’état militaire (comme MAM l’avouait au Canard Enchaîné début 2011) qui avait renversé le régime de Zine el Abidine Ben Ali le 14 janvier de la même année.

Le statut d’ »allié majeur non-membre de l’Otan », « privilège » commente sans honte l’AFP, déjà accordé à une quinzaine de pays, dont le Japon, l’Australie, l’Afghanistan ou encore l’Egypte, Bahreïn et le Maroc, entre autres prostituées « arabes » de Washington, permet aux pays concernés « d’avoir accès à une coopération militaire renforcée avec les Etats-Unis, notamment dans le développement et l’achat d’armements ». Un privilège qui engraisse le lobby militaro-industriel américain, dans des pays où la pauvreté absolue est le lot dune immense partie du peuple !

« Le nouveau gouvernement tunisien est confronté à des défis sécuritaires de taille » commente encore l’AFP. « L’attentat revendiqué par l’organisation Etat islamique contre le musée du Bardo en mars, qui a fait 22 morts, dont 21 touristes étrangers, a porté un rude coup au pays qui s’appuie largement sur l’industrie du tourisme ». Rappelons que c’est la politique des USA et de l’OTAN qui est directement responsable de cette situation. Notamment par la destruction de la Jamahiriya libyenne, pivot géopolitique de l’Afrique du Nord, saharienne et subsaharienne, qui y assurait équilibre, stabilité et « containment » des islamistes.

CAÏD ESSEBSI : LA VOIX DE SON MAITRE !

« Nous avons encore un long chemin devant nous », a souligné M. Caïd Essebsi, devenu en décembre, à 88 ans, le premier chef d’Etat élu au suffrage universel en Tunisie. Son âge ne dérange pas Obama. Il semble qu’en Tunisie les critères de la Maison Blanche ne soient pas les même qu’en Afrique noire pour Paul Biya et ses pairs !

« Notre environnement régional pourrait représenter une menace pour le processus démocratique » (sic), a-t-il mis en garde, en référence à l’effondrement des institutions à Tripoli. « Nous avons besoin des Etats-Unis et peut-être que les Etats-Unis ont maintenant besoin de la Tunisie », a-t-il poursuivi sans vergogne.

Obama a précisé « avoir longuement évoqué avec son homologue tunisien la lutte anti-terroriste mais aussi la nécessité de favoriser une solution politique en Libye pour éviter que le vide du pouvoir n’ait un impact négatif sur la situation en Tunisie » (resic). Si le chaos libyen est source d’instabilité, il est aussi une mauvaise nouvelle pour la Tunisie sur le front économique. Rappelant que son pays a eu longtemps eu « une énorme coopération » avec Tripoli, Béji Caïd Essebsi a aussi souligné que son pays accueillait désormais un million de Libyens.

Il entend donc profiter de cette visite pour « attirer les investissements privés dont la Tunisie, au milieu du gué, a cruellement besoin ». « La Tunisie a besoin d’une vision économique sur le long terme pour convaincre les investisseurs », avait côté souligné mercredi la ministre américaine du Commerce Penny Pritzker.

LE BUT DES REVOLUTIONS DE COULEUR DU SOI-DISANT PRINTEMPS ARABE DEVOILE : IMPLANTER LA DEMOCRATIE DE TYPE AMERICAIN AU PROCHE-ORIENT …

Dans une tribune commune publiée ce jeudi dans le Washington Post, les deux présidents ont souligné que la Tunisie démontrait que « la démocratie est non seulement possible mais aussi nécessaire en Afrique du Nord et au Moyen-Orient ». « Le lieu où le printemps arabe a commencé est aussi celui où nous avons vu les progrès les plus extraordinaires » (resic), a souligné le président américain dans le Bureau ovale.

… ET CLIENTELLISER LES ARMEES ARABES !

La Maison Blanche souhaite aussi un doublement de l’assistance à l’armée et aux forces de sécurité tunisiennes en 2016. Elle a demandé au Congrès d’approuver une aide de 138 millions de dollars pour 2016, dont 62,5 millions pour la partie militaire.Les Etats-Unis viennent par ailleurs d’annoncer la livraison de 52 véhicules militaires de type Humvee et d’un navire de patrouille à l’armée tunisienne. La Tunisie doit encore recevoir en 2016 quatre autres navires américains.

De quoi clientèlliser et fidéliser les armées des pays arabes « démocratisés », sur le modèle de l’Armée égyptienne (1,3 milliard de dollars d’aide financière US).

« Démocratie » sous contrôle américain, armée achetée par les aides US, pays « allié majeur non-membre de l’Otan » des USA : voilà les buts véritables de la révolution de couleur, dite du Jasmin, organisée par Washington. La Tunisie est un état-client des USA !

Luc MICHEL

PIH - LM tunisie 2011-2015 (2015 05 22) FR 2Fac-similé du Canard Enchaîné du 19 janvier 2011.

This entry was posted in * Français, * LM/ Editoriaux pour PCN-INFO/ Leaders for PCN-NCP INFO and tagged , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.