# LUCMICHEL.NET / TAPIE. RENDEZ L’ARGENT ! OU LA FIN D’UNE GRANDE ARNAQUE POLITICO-FINANCIERE IMPLIQUANT SARKOZY ET LAGARDE DIRECTRICE DU FMI …

LM.NET - LM tapie rendez l'argent (2015 12 04) FR

Luc MICHEL / 2015 11 04 /
Avec Libé – PCN-SPO /

L’affaire Tapie rebondit, comme un boomerang en pleine face de l’affairiste français.
La cour d’appel de Paris a condamné ce jeudi Bernard Tapie à rembourser plus de 404 millions d’euros obtenus en 2008 pour mettre un terme à son litige avec le Crédit lyonnais sur la revente d’Adidas en 1994 !

* Comment Tapie a fait fortune (et va tout perdre).
Lire sur LUCMICHEL. NET :
TAPIE EMBLEMATIQUE DE CE QUE LE SYSTEME FAIT DE PIRE …

RETOUR SUR L’AFFAIRE TAPIE.
OU COMMENT L’AFFAIRISTE AVEC L’AIDE DE SON AMI SARKOZY ET DE LA MINISTRE LAGARDE (AUJOURD’HUI DIRECTRICE DU FMI) AVAIT PENSÉ POUVOIR ROULER LA JUSTICE FRANÇAISE …

Retour sur le scandale d’état « Tapie-Lagarde-Sarkozy » : Ce dossier judiciaire concerne l’indemnisation de Bernard Tapie, qui estime avoir été « arnaqué » par le Crédit Lyonnais quand ce dernier a été chargé de vendre Adidas. En 2008, un « tribunal arbitral » avait condamné le Consortium de réalisation (CDR, gérant le passif de la banque) à verser 285 millions d’euros de réparations à Bernard Tapie. Problème : Bernard Tapie aurait probablement reçu moins d’argent si la procédure avait emprunté la voie règlement judiciaire. Or c’est la ministre de l’Economie Christine Lagarde qui a tranché. La polémique sur l’affaire Tapie avait rebondi dès septembre 2010 lorsque Le Canard enchaîné (Paris) avait affirmé que l’ex homme politique et patron de l’OM empocherait effectivement 210 millions d’euros de l’Etat et non entre 20 et 50 millions, comme l’avait assuré deux ans plus tôt la ministre de l’Economie, Christine Lagarde.

D’après un document que s’est procuré l’hebdo français Marianne en février 2011, la procédure qui a permis à l’homme d’affaires d’empocher la somme de 220 millions d’euros dans le cadre de l’affaire qui l’opposait au Crédit Lyonnais n’est pas légale.Christine Lagarde devrait avoir à se défendre de son rôle dans cette affaire. D’après un document que Marianne s’est procuré, la Cour des comptes a ouvert un recours qui remet en cause la procédure par laquelle Bernard Tapie a reçu quelque 220 millions d’euros de la part de l’État en septembre dernier, dans le cadre de l’affaires qui l’opposait au Crédit Lyonnais – alors banque publique – sur la vente d’Adidas en 1993.

Sur le site Internet du journal Marianne, le référé, scanné, est daté du 3 février 2011 et met en avant les «dysfonctionnements caractérisés sur le dossier Tapie/Adidas». Notamment, selon ce document, ce n’était pas à l’État – et donc aux contribuables français- de payer cette somme à l’homme d’affaires, ami de Sarkozy. Pour rappel, lors de cette affaire, un organisme public, baptisé CDR pour Consortium de réalisation, a été créé et chargé de gérer le passif du Crédit Lyonnais. L’Établissement public de financement et de restructuration (EPFR), qui chapeaute le CDR, étant placé sous la tutelle de Bercy. «La rédaction actuelle du protocole (…) ne permet pas de fair bénéficier le Crédit Lyonnais de la garantie du CDR pour les contentieux relatifs au groupe Bernard Tapie», peut-on lire dans le recours.

Ce document a été présenté le 8 février 2011 aux députés de la Commission des Finances. Il a eu «l’effet d’une bombe», relate Marianne. En effet, ces députés ont été écartés dans ce dossier, alors qu’ils auraient du légiférer. Le gouvernement aurait du saisir le Parlement: il a donc un «défaut d’autorisation législative». En réalité, c’est Christine Lagarde qui a elle-même validé la décision: «J’ai examiné tous les aspects juridiques du dossier et en conscience, je l’assume parfaitement, je pense que c’était la bonne décision dans l’interêt de l’Etat», avait-elle dit sur Radio classique en septembre 2011.

En avril 2011, les députés PS – bien oublieux du rôle joué par le PS et Mitterrand dans l’ascension de Tapie – saisissent la justice pour dénoncer la gestion du dossier par Christine Lagarde, en écrivant au procureur général de la Cour de cassation. Leur but ? Saisir la Cour de Justice de la République, afin qu’elle étudie pourquoi le gouvernement a privilégié une procédure discrète et rapide pour mettre fin à l’affaire Tapie/Crédit Lyonnais, en lieu et place d’un règlement judiciaire, jugé plus strict.

Les socialistes évoquent donc un « faisceau d’indices » qui tend à montrer que les décisions prises « avaient pour objet de favoriser des intérêts particuliers au détriment de l’intérêt public ». Des doutes existent en effet à tous les étages de la procédure. Les neuf députés PS dénoncent également un « faux et usage de faux », après avoir lu le rapport d’information rendu public. Dans l’avant-propos de ce rapport, le président PS de la commission des Finances de l’Assemblée, Jérôme Cahuzac, indique que l’ex-homme d’affaires aurait bénéficié d’un ajout de la mention « préjudice moral », synonyme d’indemnisations supplémentaires. Quant au président du consortium de réalisation (gérant le passif du Crédit lyonnais), Jean-François Rocchi, président du CDR, a nié être intervenu en faveur de l’ex-homme d’affaires. Ce dernier a par ailleurs été mis en cause dans un rapport remis par la Première chambre de la Cour des comptes au procureur générale de cette institution.

Le président du groupe socialiste à l’Assemblée, Jean-Marc Ayrault – devenu ensuite premier ministre – , a lui expliqué sur Europe 1 que les députés reprochaient à Christine Lagarde de ne « pas avoir respecté la loi ». « Il y a un rapport de la Cour des comptes qui dit clairement que le Parlement aurait dû donner son autorisation à la procédure autorisée par la ministre », a-t-il développé. « Je pense que c’est une décision qui a été prise au plus haut niveau de l’Etat », a-t-il aussi argumenté. « S’agissant de l’argent des contribuables », les sommes mises en jeu sont « exorbitantes », a aussi pointé Jean-Marc Ayrault.

Le départ de Lagarde pour le FMI ressemble dès lors à une exfiltration … Mais il n’a pas arrêté la procédure en cours, procédure qui avait par ailleurs été au cœur des débats au FMI sur la nomination de Lagarde. Certains annoncent depuis « une honte nationale » à venir pour la France. Lagarde condamnée et chassée du FMI comme un vulgaire DSK ! La défaite judiciaire de Tapie ce jeudi n’inaugure rien de bon pour l’arrogante directrice du FMI …

Luc MICHEL
_________________________
Luc MICHEL /
Facebook PROFIL https://www.facebook.com/Pcn.Luc.Michel.6
Twitter https://twitter.com/LucMichelPCN
Facebook OFFICIAL PAGE https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel
Website http://www.lucmichel.net
Blog http://www.scoop.it/t/luc-michel-le-blog

This entry was posted in # ACTU / BREAKING NEWS, * Français and tagged , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.