# LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/ GEOPOLITIQUE DU SPORT ET SOFT POWER (III): DANS SON BRAS DE FER AVEC LE CIO, SOUS CONTROLE DES USA, POUTINE QUI AVAIT PERDU LE PREMIER ROUND, VIENT DE GAGNER AUX POINTS LE SECOND

LM.GEOPOL - Soft power et jo III  (2018 02 02) FR (1)

LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE/

Luc MICHEL pour EODE/

Quotidien géopolitique – Geopolitical Daily/

2018 01 01 02/

« Dopage : 28 sportifs russes blanchis, Moscou promet une nouvelle bataille au CIO.

Le Tribunal arbitral du sport a infligé un revers majeur à la lutte antidopage en jugeant « insuffisantes » les preuves recueillies à l’encontre de la majorité des Russes sanctionnés »

- Le Monde (presse Sorös, ce 1er février 2018).

« Certaines choses sont étranges concernant les exclusions de certains athlètes. La question se pose: que sommes-nous en train de combattre: le dopage, ou quelque chose d’autre? Nous aimerions le savoir ? (…)« Il y a eu de tels exemples (de dopage) sur toute la planète, mais ils ne sont pas mis en avant et dramatisés. Il ne faut pas transformer le sport, le mouvement olympique, en arrière-cour d’une sorte de sale cuisine politique »

- Vladimir V. Poutine.

« Annulation de la suspension à vie de 28 sportifs russes sur 43 sanctionnés », titre l’AFP !

Le Tribunal arbitral du sport (TAS) a annulé jeudi la suspension à vie de 28 des 43 sportifs russes présents aux JO de Sotchi-2014 et sanctionnés par le CIO, permettant ainsi, sous conditions, à certains de participer aux JO d’hiver de Pyeongchang qui débutent le 9 février.

Le TAS a estimé que les preuves étaient « insuffisantes » pour établir des cas de dopage à l’encontre de ces sportifs soupçonnés d’avoir profité d’un système de dopage d’Etat qui vaut à la Russie d’être suspendue des JO d’hiver.

Dans son bras de fer avec le CIO, sous contrôle des USA, Poutine qui avait perdu le premier round, vient de gagner aux points le second. Voir le malaise et la discrétion des médias de l’OTAN ces dernières 72h …

Une autre confrontation méconnue de la “nouvelle Guerre froide 2.0” oppose en effet Moscou et Washington : celle des USA contre le “soft power” russe, dont le sport est une des compmosantes importantes (1) (2) …  « Si certains doutaient encore que le sport était devenu un enjeu diplomatique, Vladimir Poutine les a ramenés à la réalité en accusant les Etats-Unis d’œuvrer en sous-main pour empêcher la Russie d’être présente aux Jeux olympiques d’hiver 2018, à Pyeongchang » (3), commentait Le Monde (Paris, le 4 déc. dernier). Le Comité international olympique (CIO), aux mains des russophobes, entendait déterminer dans quelles conditions les sportifs russes pourraient aux Jeux en Corée du Sud. La Justice internationale vient de lui donner tord !

Et c’est une double victoire pour Poutine, à quelques semaines de la Présidentielle russe 2018 qui est la cible véritable de l’opération menée via le CIO, car la décision du TAS va le renforcer …

« POUTINE DEMANDE PARDON AUX SPORTIFS AVANT LES JO 2018 »

Vladimir Poutine a présenté ce mercredi ses excuses aux sportifs russes pour n’avoir pas su les « protéger » des retombées du scandale de dopage frappant leur pays, réclamant des explications aux instances olympiques pour leur décision « étrange » d’exclure certains athlètes des JO 2018. « C’est deux fois plus difficile (de participer aux JO) lorsque le sport se mêle à des événements (…) qui lui sont étrangers, avec la politique ou autre chose », a regretté le président russe lors d’un discours devant les sportifs considérés « propres » par le Comité international olympique (CIO) et autorisés à concourir sous bannière neutre aux JO d’Hiver. « Cela crée des conditions très difficiles pour atteindre un résultat », a-t-il reconnu. « Pardonnez-nous de ne pas avoir pu vous protéger de cela », a déclaré le président russe, peu coutumier des mea culpa.

« Nous admettons nos propres omissions, erreurs, inattentions concernant des choses qui s’avèrent être importantes dans le sport contemporain », a encore déclaré Vladimir Poutine. Et « nous comptons beaucoup sur le fait que nos collègues dans les organisations internationales sportives fassent leur possible pour que ces organisations ne deviennent pas le département d’Etat de certains pays », a-t-il prévenu, une référence apparente aux Etats-Unis.

Engluée dans un vaste scandale de dopage, institutionalisé par les USA, dans le sport entre 2011 et 2015, et notamment lors des JO 2014 de Sotchi, la Russie avait été suspendue le 5 décembre des jeux Olympiques de Pyeongchang (9 au 25 février) en Corée du Sud. L’instance suprême de l’olympisme avait toutefois laissé la porte ouverte aux sportifs russes « propres », autorisés à participer sous bannière olympique et l’appellation « athlète olympique de Russie ». Ajoutant l’injure à l’agression contre Moscou. Un panel hostile à la Russie, dirigé par l’ancienne ministre française des Sports Valérie Fourneyron, avait alors autorisé 169 sportifs à concourir, excluant certains athlètes de premier plan, comme la légende du short-track Viktor Ahn, qui n’avaient pourtant pas été testés positifs.

Promettant de « soutenir (les) sportifs qui ne peuvent pas se rendre aux jeux Olympiques », Vladimir Poutine a souligné que « certaines choses sont étranges » concernant les exclusions de certains athlètes. « La question se pose: que sommes-nous en train de combattre: le dopage, ou quelque chose d’autre? Nous aimerions le savoir », a-t-il déclaré. « Nous espérons que nous aurons une discussion substantielle avec nos collègues des organisations internationales (antidopage) et que nous pourrons le découvrir ».

CONTRE OFFENSIVE DE MOSCOU (I) :

LE CIO PARTIAL TRADUIT DEVANT LES TRIBUNAUX ?

« La guerre des mots entre la Russie et le Comité international olympique (CIO) menace de prendre une tournure judiciaire après la décision du Tribunal arbitral du sport (TAS), jeudi 1er février, de blanchir la majorité des sportifs russes suspendus pour dopage », commentait avec dépit le très russophobe Le Monde.

Le vice-premier ministre russe, Vitali Moutko a annoncé que la Russie prévoyait de nouvelles actions en justice pour obtenir que ces sportifs puissent concourir à partir de la semaine prochaine. « Nous supposons que les athlètes qui sont prêts, qui se sont qualifiés, qui disposent de quotas dans leur sport, seront tous admis aux Jeux olympiques. Si le CIO ne les accepte pas, nous soutiendrons leur cause devant le TAS ou toute autre instance légale », a lancé Vitali Moutko. L’ancien ministre des sports, a par ailleurs estimé « que ce jugement invalidait la thèse d’un dopage organisé en Russie ».

En attendant, c’est la Bérézina pour le CIO, l’Agence mondiale antidopage (AMA), et leurs mentors de Washington ! Que les athlètes blanchis aillent ou non à Pyeongchang, la décision n’est de toute façon pas sans conséquence pour eux et pour le sport russe : plusieurs titres olympiques de Sotchi seront réattribués à leur propriétaire initial, comme Alexander Legkov, en ski de fond, ou Alexander Tretiakov, en skeleton, et ces vingt-huit athlètes pourront, s’ils le souhaitent, reprendre la compétition après les Jeux. Au total, la Russie récupère neuf des treize médailles perdues sur tapis vert, ce qui lui permet de reprendre la tête du tableau des médailles des JO 2014.

Le TAS a entendu quarante des quarante-deux sportifs russes du 22 au 27 janvier à Genève, ainsi que l’ancien directeur du laboratoire de Moscou Grygory Rodchenkov (dont les médias de l’OTAN oublient de préciser qu’il s’est réfugié aux USA et bénéficie du traitement des repentis), « à l’origine de la révélation du système de dopage organisé en Russie », et le Pr Richard McLaren, à la tête de l’équipe d’enquêteurs de l’Agence mondiale antidopage (AMA) ayant constitué les dossiers contre eux. Les arbitres ont ensuite jugé les cas individuellement et considéré que dans vingt-huit cas, « les preuves collectées étaient insuffisantes pour établir qu’une infraction aux règles antidopage avait été commise ». « Au-delà d’une victoire pour le Kremlin, cette décision est surtout un revers majeur pour le CIO et pour l’AMA. Elle pose les limites des enquêtes policières dans la lutte antidopage, en considérant qu’un ensemble d’éléments concordants ne constitue pas une base suffisamment solide pour une suspension », avoue Le Monde

Le président russe s’en est pris à l’ex-responsable de l’antidopage russe devenu lanceur d’alerte, Grigori Rodtchenkov, qui l’a accusé d’avoir joué un rôle crucial dans le dopage institutionnalisé mis en place en Russie. « Cet homme a à l’évidence des problèmes avec la loi », a déclaré M. Poutine, le qualifiant d’« imbécile » qu’il faut « mettre en prison ». En 2016, après les révélations de M. Rodtchenkov, celui-ci s’était réfugié aux Etats-Unis en disant craindre pour sa vie (sic) …

Restera aussi à indemniser le préjudice subi. Beaucoup de ces athlètes russes « ont arrêté leur carrière sportive, d’autres n’ont pu concourir depuis le début de la saison hivernale en raison de leur suspension ».

CONTRE OFFENSIVE DE MOSCOU (II) :

LA RUSSIE VA ORGANISER UNE COMPETITION POUR LES SPORTIFS EXCLUS DES JO 2018

La Russie va organiser une compétition pour les sportifs exclus des JO 2018 !

Le Kremlin a annoncé ce mercredi l’organisation d’une compétition pour les sportifs russes non admis aux Jeux Olympiques d’hiver de Pyeongchang (9 au 25 février) en raison du « scandale de dopage » frappant la Russie. Lors d’un conseil des ministres, Vladimir Poutine « a rappelé au gouvernement sa décision d’organiser une compétition pour nos athlètes qui n’ont pas été admis à participer aux jeux Olympiques », a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, cité par les agences russes.

Le Kremlin a promis de soutenir les athlètes évincés, « pour qui une compétition de consolation sera organisée avec des primes équivalentes à celles des médaillés olympiques », a dit son porte-parole, Dmitri Peskov, cité par les agences de presse russes. Ce n’est pas une première. En 2016, la Russie avait organisé un meeting dans un stade de Moscou pour son équipe d’athlétisme exclue des JO d’été de Rio.

NOTES :

(1) Cfr. LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/

GEOPOLITIQUE DU SPORT ET SOFT POWER (II): LES JO D’HIVER 2018 ET LE MONDIAL 2018 DE FOOTBALL ARENES DE LA CONFRONTATION USA-RUSSIE

sur http://www.lucmichel.net/2017/12/05/luc-michels-geopolitical-daily-geopolitique-du-sport-et-soft-power-ii-les-jo-dhiver-2018-et-le-mondial-2018-de-football-arenes-de-la-confrontation-usa-russie/

(2) Cfr.LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/

THE EMERGING OF MULTIPOLAR WORLD SEEN FROM RUSSIA (IV): WESTERN WAR AGAINST RUSSIAN ‘SOFT POWER’

sur http://www.lucmichel.net/2018/01/26/luc-michels-geopolitical-daily-the-emerging-of-multipolar-world-seen-from-russia-iv-western-war-against-russian-soft-power/

(3) Cfr. LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/

GEOPOLITIQUE DU SPORT ET SOFT POWER : POUTINE ACCUSE LES ETATS-UNIS D’ŒUVRER EN SOUS-MAIN POUR EMPECHER LA RUSSIE D’ETRE PRESENTE AUX JEUX OLYMPIQUES D’HIVER 2018, A PYEONGCHANG.

sur http://www.lucmichel.net/2017/10/24/luc-michels-geopolitical-daily-geopolitique-du-sport-et-soft-power-poutine-accuse-les-etats-unis-doeuvrer-en-sous-main-pour-empecher-la-russie-detre-presente-aux-jeux-o/

(Sources : AFP – Le Monde – Presse russe – EODE Think-Tank)

LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE

* Avec le Géopoliticien de l’Axe Eurasie-Afrique :

Géopolitique – Géoéconomie – Géoidéologie –

Néoeurasisme – Néopanafricanisme (Vu de Moscou et Malabo) :

PAGE SPECIALE Luc MICHEL’s Geopolitical Daily

https://www.facebook.com/LucMICHELgeopoliticalDaily/

________________

* Luc MICHEL (Люк МИШЕЛЬ) :

WEBSITE http://www.lucmichel.net/

PAGE OFFICIELLE III – GEOPOLITIQUE

https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel.3.Geopolitique/

TWITTER https://twitter.com/LucMichelPCN

* EODE :

EODE-TV https://vimeo.com/eodetv

WEBSITE http://www.eode.org/

Russia Putin Olympics Russia Putin Olympics LM.GEOPOL - Soft power et jo III  (2018 02 02) FR (4)

This entry was posted in # ACTU / BREAKING NEWS. Bookmark the permalink.

Comments are closed.