EODE/ OBSERVATOIRE DES ELECTIONS/ LES EUROPEENNES 2019 EN FRANCE VERRONT SE DEPLOYER LA SECONDE PHASE DU ‘PLAN MACRON’ : BRISER LA DROITE APRES AVOIR MARGINALISE LA GAUCHE AUX LEGISLATIVES 2017

EODE - ELEC plan macron I (2018 04   26) FR

LM pour EODE/ 2018 04 26/

Observatoire des Elections/

« L’historien Patrick Boucheron a découvert d’étonnantes similitudes entre le jeune président et l’auteur du “Prince”: même audace, même réflexion sur le pouvoir. Mais il met aussi en garde: il faut que les actes suivent ».

« Macron, c’est l’homme de l’effraction. Son élection démontre que l’imprévisible reste possible, qu’il peut y avoir des accélérations dans l’histoire, que nous ne sommes pas condamnés à l’inévitable répétition du même. L’ordre politique ancien qu’on présentait comme immuable, qui nous fatiguait d’avance, est tombé d’un coup, du moins dans ses formes partisanes. Cela ne tient pas lieu de politique, mais cela peut la rendre possible ».

- Patrick Boucheron (professeur au Collège de France).

Les Européennes 2019 en France verront se déployer la seconde phase du ‘Plan Macron’ : briser la droite, après avoir marginalisé la gauche aux législatives 2017.

Et il faut reconnaître que les « spindoctors » du Macronisme savent y faire !

Première action : se prémunir contre un toujours possible retour de Sarkozy, qui reste dans les sondages le plus populaire à droite. D’où les « ennuis judiciaires » de Vincent Bolloré, le puissant patron de Vivendi. Après ceux de Sarkozy  (le tout orchestré par les réseaux de magistrats gauchistes ralliés à Macron par Le Drian). « Vincent trop puissant » qui a le grand défaut d’être l’ami intime de Sarkozy …

La dislocation de la droite vise à la fois ‘Les Républicains’ et le FN. D’où la médiatisation de ses scissions et concurrents marginaux (du style des « Patriotes » du fonctionnaire du ministère de l’intérieur Philippot). Sans oublier les ennuis judiciaires des néofascistes.

Mais surtout les médias aux ordres vont amplifier la détestation personnelle entre le patron des ‘Républicains’ et la désormais très contestée Marine Le Pen. Exemple les infos du ‘Point’ (ce 26 avril) : « Européennes : Le Pen et Wauquiez se traitent de planqués (…) En privé, Marine Le Pen ne perd pas une occasion de brocarder la « lâcheté politique » de Laurent Wauquiez au motif que ce dernier refuserait de mener la liste des Républicains aux européennes de 2019. Siphonné par le FN et par Emmanuel Macron, le patron de LR aurait peur, selon elle, de « prendre le bouillon ». Réplique cinglante d’un des ténors de la droite, proche de Wauquiez : « Pourquoi ne se présente-t-elle pas non plus si elle est aussi sûre de son scénario ? »… »

LE PARI CALCULE DE MACRON :

DROITISATION DU FN ET FASCISATION DE LR. OU UNE DOUBLE DISLOCATION PAR LA BASE …

‘Le Point’ (« LR-FN : l’union par la base », ce 26 avril) toujours explique, sans en donner la clé détenue par Macron, le grand trouble qui agite à la fois la droite ex-sarkozyste et les néofascistes français.

Extrait 1 :

« Les discours entre les deux partis se multiplient, mais les dirigeants nient toute possibilité d’alliance alors que certains élus prennent des initiatives. « La droite et l’extrême droite se sont montrées assez homogènes dans leurs argumentations. Je n’ai repéré aucun cordon sanitaire ou aucune précaution de la part de la droite vis-à-vis de l’extrême droite… » Cette députée Insoumise fait référence aux débats qui ont secoué l’hémicycle, la semaine dernière, à propos du projet de loi asile et immigration. Une occasion pour Les Républicains de consolider leur position durcie sur cette question, portée par Laurent Wauquiez depuis quelques semaines. Il y a quelques jours, le président LR s’est prononcé en faveur de la tenue d’un référendum sur l’immigration, et a revendiqué, entre autres, la remise en cause du droit du sol. Des propositions phares du Front national depuis plusieurs années. »

Extrait 2 :

« Les deux partis se dirigeraient-ils vers une alliance ? »

« Dans les hautes sphères, on nie en bloc. Geoffroy Didier, secrétaire général délégué des Républicains, qualifie l’hypothèse de « fantasme ». « Les choses sont très claires chez LR, déclare-t-il. Nous sommes résolument opposés à toute alliance avec l’appareil du Front national, qui est très loin de notre histoire gaulliste. » La proximité idéologique grandissante entre frontistes et Républicains ? Elle se justifie par le contexte migratoire, qui « réclame une plus forte fermeté », et « l’évolution de la demande des citoyens, qui attendent une protection plus forte, déçus par une politique migratoire laxiste ». « On ne durcit pas notre discours, se défend le député européen. On voit la réalité en face ! Sur certains défis de société, les attentes de protection des citoyens sont plus fortes qu’il y a quelques années. »

Extrait 2 :

« Chez les frontistes, la simple mention d’« union des droites » irrite Sébastien Chenu, le porte-parole, qui reprend le lexique politique du « nouveau monde ». « Le concept d’union des droites est obsolète depuis qu’Emmanuel Macron a montré qu’on pouvait rassembler au-delà de la gauche et de la droite, explique-t-il. Je crois que le FN peut rassembler en miroir à En marche !, au-delà des clivages, sur le sujet de la défense nationale. » Les mots ne sont pas tendres pour les dirigeants Républicains. Pour le député frontiste, Laurent Wauquiez et Éric Ciotti sont « cyniques » et « manquent de sincérité ». « Ils veulent simplement capter notre électorat, s’emporte le porte-parole. On ne fera rien avec LR tant qu’ils seront dans cette logique absolue de manque de courage : avoir un discours similaire au FN, parce qu’ils se rendent compte que c’est ce qu’attend le peuple, et agir ensuite en décalé. » Il pointe du doigt l’amendement sur le droit du sol, porté par les députés du Front national, pour lequel aucun parlementaire Républicain n’a voté. »

Extrait 3 :

 « De temps en temps, on peut avoir les mêmes idées que certains partis politiques, tempère Éric Woerth (LR). Cela ne signifie pas que nous nous allierons. » Le président de la commission des Finances reconnaît toutefois que LR peut draguer sur les terres du FN. « On peut parler aux électeurs du Front national, ce n’est pas un problème. Mais c’est pour mieux les amener à nos propres idées. » « Notre devoir est de nous adresser à tous les Français, renchérit Geoffroy Didier. Même ceux qui se sont tournés vers Marine Le Pen. » (…)

De même, au Front, on ne va pas jusqu’à renoncer à des militants supplémentaires, quand bien même ils viendraient des Républicains. « Mis à part les dirigeants, il y a des gens pleins de sincérité chez Les Républicains, concède Sébastien Chenu. Ils sont les bienvenus, on ne fait pas le tri dans nos militants. » En clair : ni discussion ni alliance officielle, mais on accepte l’électorat de l’un et les militants de l’autre. Et si un tel échange de flux est possible, c’est bien parce que les frontières idéologiques entre les deux formations sont de moins en moins visibles, sur les questions sociétales notamment. La porosité entre les deux formations politiques dépasse d’ailleurs le cadre idéologique. Jeudi 12 avril, Thierry Mariani, ancien ministre de Nicolas Sarkozy, a signé, dans Valeurs actuelles, une tribune avec plusieurs élus frontistes revendiquant « l’union des droites ». Des initiatives locales se mettent aussi en place, comme en Gironde où le maire LR Jean-Jacques Edard a décidé de rendre concrète cette idée d’union des droites en travaillant main dans la main avec Edwige Diaz, secrétaire départementale du FN, et Martine Hoster, représentante de Debout la France, le parti de Nicolas Dupont-Aignan. Si les dirigeants s’écharpent dans les hautes sphères, la base, elle, commence à abattre les frontières. »

Il semble que la déroute infligée par Macron à la Sociale-démocratie française, dont Hollande se plaint amèrement (1), n’ait pas servi de leçons aux dirigeants de la Droite française. Quand au FN, sa présidente oublie comment elle a été manipulée par Macron lors de la présidentielle 2017. Prendre une déculottée une fois peut servir de leçon salutaire, la rechercher une seconde fois sans recul c’est une sottise absolue …

LM / EODE / OBSERVATOIRE DES ELECTIONS/

(1) Voir « Président des très riches », « passif dans le couple »…, les amabilités de Hollande à Macron, Le point, 26 avril 2018,

sur http://www.lepoint.fr/politique/president-des-tres-riches-passif-du-couple-les-amabilites-de-hollande-a-macron-25-04-2018-2213609_20.php

_____________________

EODE ORGANISATION …

# EODE-TV :

* EODE-TV https://vimeo.com/eodetv

* EODE-TV sur YouTube :

https://www.youtube.com/user/EODEtv

* Page Officielle EODE-TV

https://www.facebook.com/EODE.TV/

# ЕВРАЗИЙСКИЙ СОВЕТ ЗА ДЕМОКРАТИЮ И ВЫБОРЫ (ЕСДВ)/

EURASIAN OBSERVATORY FOR DEMOCRACY & ELECTIONS

(EODE) :

http://www.eode.org/

https://www.facebook.com/EODE.org /

https://www.facebook.com/groups/EODE.Eurasie.Afrique/

https://www.facebook.com/EODE.africa/

https://www.facebook.com/EODE.russia.caucasus/

# GROUPE OFFICIEL ‘EODE – AXE EURASIE AFRIQUE’

https://www.facebook.com/groups/EODE.Eurasie.Afrique/

This entry was posted in # ACTU / BREAKING NEWS. Bookmark the permalink.

Comments are closed.