#LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/ COMMENT L’ECONOMIE BELGE EST PRISE EN ETAU DANS LES GUERRES ECONOMIQUES AMERICAINES (LA BELGIQUE MAILLON FAIBLE DE L’OTAN ET DE L’UE ? III)

LM.GEOPOL - Belgique maillon faible   III (2018 05 23) FR 1

LM DAILY / 2018 05 23/

LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE

« Le protectionnisme américain défie les ports belges »

- Belga, ce 24 mai 2018.

La guerre économique n’est pas quelque chose « qui va arriver » ou « qui pourrait arriver » comme nous le répètent inlassablement les médias de l’OTAN. Les (et pas « la ») guerres économiques sont une réalité de la lutte des USA pour l’hégémonie mondiale depuis le début des Annés ’80.

Voir les parties I et II de cette analyse :

* LES CONTRADICTIONS INTERNES DU BLOC AMERICANO-OCCIDENTAL :

LA BELGIQUE MAILLON FAIBLE DE L’OTAN ET DE L’UE ?

sur http://www.lucmichel.net/2018/03/27/luc-michels-geopolitical-daily-les-contradictions-internes-du-bloc-americano-occidental-la-belgique-maillon-faible-de-lotan-et-de-lue/

* LES CONTRADICTIONS INTERNES DU BLOC AMERICANO-OCCIDENTAL (II) :

EXPULSIONS DE DIPLOMATES RUSSES. ‘LA BELGIQUE ABOIE AVEC LES LOUPS DE L’OTAN, MAIS NE MORD PAS MOSCOU’

sur http://www.eode.org/luc-michels-geopolitical-daily-les-contradictions-internes-du-bloc-americano-occidental-ii-expulsions-de-diplomates-russes-la-belgique-aboie-avec-les-loups-de-lotan/

QUELS SONT CES GUERRES ECONOMIQUES LANCEES PAR LES USA :

- La ‘Guerre commerciale USA vs Europe’ (CEE, devenue UE), qui perdure avec des hauts et des bas depuis le début des Années ’80, et que Trump vient de relancer ;

- La ‘Guerre financière Dollar vs Euro’, qui a éclaté dès le lancement de la monnaie unique européenne, qui s’est immédiatement révélée à la fois rivale et alternative (pour la dédollarisation » de l’économie mondiale) à la monnaie hégémonique US ;

- La ‘Guerre des sanctions contre les états dits « voyous » par Washington’ (dont l’Iran) ;

- La ‘Guerre des sanctions contre la Russie’, ouverte par les crises de Crimée et du Donbass, devenue guerre des sanctions avec la Russie, lorsque Moscou a adopté des contre-sanctions, et qui frappe à la fois l’UE et la Russie, tous deux perdants ;

- La ‘Guerre du gaz et des gazoducs’ ;

- La ‘Nouvelle guerre du pétrole’ (connexe aux autres) et liée au nouveau statut d’exportateur mondial d’hydrocarbures de schistes des USA (depuis 2015, en expansion avec Trump, l’anti-écologiste) ;

- La guerre économique qui s’amorce entre Pékin et Washington ;

- Enfin la ‘Guerre des Mines’ (qui s’étend aux « terres rares »), en Amérique Latine et surtout en Afrique.

AU MILIEU DE CES CONFLITS, LA GRANDE « CONTRADICTION INTERNE », MAJEURE, DU BLOC AMERICANO-OCCIDENTAL

Rappelons la donnée fondamentale du Bloc américano-atlantiste :

Ne jamais oublier la contradiction interne fondamentale du Bloc américano-atlantiste, hégémon Washington et Wall-Street (les USA ont deux capitales) : le principal allié militaro-politique des USA est l’OTAN, mais son principal adversaire économico-financier est l’UE et l’Euro !

D’où une Guerre économique USA-UE depuis le début des années 80 (où le long combat entre Concorde et Airbus vs Boeing est emblématique) ;

D’où dès la création de l’Euro, lancé sur une parité Euro Dollar, une Guerre monétaire Euro-Dollar (où la volonté de remplacer par l’Euro dans les transactions la domination du dollar issue de Bretton Woods par certains producteurs de pétrole – Saddam Hussein, Kadhafi – a joué un rôle dans leur élimination brutale).

 Deux voies ont été ouvertes par les USA pour résoudre cette contradiction interne à leur seul profit :

- celle d’Obama, avec les traités transatlantiques (TAFTA et CETA), par « avalement » du marché ouest-européen de l’UE par celui du Bloc nord-américain ;

- celle de Trump et des lobbies militaro-industriels qui l’ont amené au pouvoir, par choc frontal pour briser l’UE.

Au milieu de ces conflits, les économies des pays de l’UE sont prises en étau. En particulier dans la guerre des sanctions lancée par les USA contre Moscou en 2014 (1) . Et dont l’UE et la Russie sont les deux grandes perdantes. Guerre suicidaire, qui profite uniquement aux USA, alors que les économies des « deux Europe », celle de Bruxelles (UE) et celle de Moscou (Espace Economique Eurasiatique), sont strictement complémentaires et appelées à fusionner (de Vladivostok à l’Atlantique) (2).

L’ECONOMIE DE LA BELGIQUE EST PARTICULIEREMENT FRAPPEE

Ce qui explique que la Belgique, comme nous l’avons analysé dans deux grandes analyses, est devenue le maillon faible à la fois de l’UE et de l’OTAN. Et qu’elle joue le rôle de poisson-pilote pour renouer le dialogue avec Moscou. Mais derrière Bruxelles, il y a de puissants réseaux politico-économiques, liés à l’UE où à la Démocratie-chrétienne de l’UE. En particulier ces réseaux allemands, qui derrière l’ancien chancelier Schröder (devenu un des dirigeants du russe Gazprom), sont partisans d’une « orientation à l’Est » de l’Allemagne et de l’UE (3).

Les conséquences des sanctions anti-russes adoptées par l’UE sur contrainte des USA et de l’OTAN ont été des représailles russes sur des produits européens (4). « Il est évident qu’il y a un risque de représailles russes, comme des embargos commerciaux », avait alors souligné en 2014 un diplomate européen à l’AFP. Moscou avait ainsi limité les importations de certains fruits en provenance de l’UE et de poulets en provenance des Etats-Unis. Plus concrètement, les producteurs de fruits belges ont vu bloquer leurs cargaisons – essentiellement poires et pommes – car la Russie étaitt leur premier acheteur, à hauteur de 160 millions d’euros. Adoptées par Moscou à deux semaines des récoltes de 2014, les dommages ont été massifs en Belgique. Le marché du porc européen a été lui aussi touché, avec l’embargo total de la Russie sur les produits porcins. Les producteurs de l’Ouest européen ont subit les conséquences de cette mesure drastique, qui représente un manque à gagner de 4 millions d’euros par jour. En France, l’embargo s’est fait particulièrement ressentir chez les éleveurs bretons, qui ont subit une baisse des prix du porc de 10 %.

L’ACTUALITE RAMENE CE DOSSIER :

LE PORT D’ANVERS, STRATEGIQUE POUR L’ECONOMIE BELGE, FRAPPE PAR TRUMP

« Le Brexit (5) et le protectionnisme américain constituent d’importants défis pour l’avenir des ports belges », a déclaré le gouverneur de la Banque nationale de Belgique, Jan Smets, mercredi. Il s’est rendu à Bruges pour la présentation d’un ‘Rapport sur les intérêts économiques des sites portuaires belges’. « Vient ensuite le protectionnisme appliqué par le président américain Donald Trump comme autre défi pour l’activité portuaire en Belgique. Les taxes imposées sur le métal ou les importations de véhicules pour régler le déficit commercial américain pourraient poser problème au port d’Anvers. Sur 223,6 millions de tonnes traitées à Anvers, 23,1 millions proviennent du trafic avec les Etats-Unis ».

NOTES ET RENVOIS :

(1) Ecouter mon Podcast sur PCN-TV :

LUC MICHEL : GUERRES DES SANCTIONS ECONOMIQUES USA-UE-RUSSIE/

SUR LA RADIO IRANIENNE IRIB (2014)

sur https://vimeo.com/131976638

(2) Ecouter mon Podcast sur PCN-TV :

interview de Luc MICHEL pour ‘La Voix de la Russie’ (2014):

SANCTIONS ANTI-RUSSES ET RUSSOPHOBIE.

POURQUOI L’UNION EUROPEENNE SUIT-ELLE WASHINGTON ?

Sur https://www.youtube.com/watch?v=8tbxK6Mc6io

(3) Cfr. sur LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/

L’ORIENTATION A L’EST OU LA TENTATION DE LA GEOPOLITIQUE ALLEMANDE DEPUIS PRES D’UN SIÈCLE

sur http://www.lucmichel.net/2017/10/26/luc-michels-geopolitical-daily-lorientation-a-lest-ou-la-tentation-de-la-geopolitique-allemande-depuis-pres-dun-siecle/

Et Voir sur PCN-TV/

Emission complète « Reportage »

L’ALLEMAGNE RENFORCE SES LIENS AVEC L’ASIE

sur https://vimeo.com/239964478

(4) Voir sur https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2014/07/30/russie-de-nouvelles-sanctions-et-des-consequences-probables_4464666_4355770.html

(5) Sans oublier les conséquences du Brexit, opération destinée à briser l’UE et soutenue par les mêmes réseaux qui ont élu Trump (voir le scandale ‘Cambridge Analytic’ et le rôle du financier d’extrême-droite américain Mercer) :

« La sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne pourrait avoir une influence importante sur Zeebruges », selon Smets. « Les liaisons avec la Grande Bretagne représentent 45% du trafic à Zeebruges, soit 17,2 millions de tonnes de marchandises traitées sur un total de 37,1 millions de tonnes. En comparaison, ce ratio est de 13,8 millions de tonnes sur 223,6 millions de tonnes à Anvers. Il est pratiquement établi que la position concurrentielle de Zeebruges dans la région va se détériorer face au Havre ou à Hambourg », selon le gouverneur de la BNB. Jan Smets espère voir aboutir un accord correct de sortie du Royaume-Uni, comprenant une période de transition de 21 mois à compter de mars 2019. « Mais nous devons aussi nous préparer à un échec », prévient-il.

(Sources : Belga – Site archives 1995-2012 PCN-NCP.info – Le Monde – La Voix de la Russie – Radio IRIB/Iran – PCN-TV – EODE Trhink Tank)

LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE

Photo :

Le port d’Anvers.

_____________________________

* Avec le Géopoliticien de l’Axe Eurasie-Afrique :

Géopolitique – Géoéconomie – Géoidéologie – Géohistoire –

Géopolitismes – Néoeurasisme – Néopanafricanisme

(Vu de Moscou et Malabo) :

PAGE SPECIALE Luc MICHEL’s Geopolitical Daily

https://www.facebook.com/LucMICHELgeopoliticalDaily/

LUC MICHEL PAGE OFFICIELLE I/

https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel/

WEBSITE http://www.lucmichel.net/

LUC MICHEL Official International Fan Club

https://www.facebook.com/groups/LUCMICHEL.OfficialFanClub/

LM.GEOPOL - Belgique maillon faible   III (2018 05 23) FR 2 LM.GEOPOL - Belgique maillon faible   III (2018 05 23) FR 3 LM.GEOPOL - Belgique maillon faible   III (2018 05 23) FR 4

This entry was posted in # ACTU / BREAKING NEWS. Bookmark the permalink.

Comments are closed.