#LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/ IMPERIALISME ANGLO-SAXON (II) : LONDRES VS MOSCOU. DU GRAND JEU DU XIXe SIECLE A LA ‘NOUVELLE GUERRE FROIDE 2.0’

LM.GEOPOL - Imperialisme   anglo-saxon II (2018 06 11) FR 1

LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE/

Luc MICHEL pour EODE/

Quotidien géopolitique – Geopolitical Daily/

2018 06 11/

L’impérialisme anglo-saxon, Washington plus les « cousins » de Londres, est une réalité (1). Et la « nouvelle carthage » est lutte directe contre la puissance continentale (2), Moscou, la « Troisième Rome », ou plutôt la « Quatrième Rome eurasiatique » du Néoeurasisme. La nouvelle « guerre punique » (3). Au sein de cet ensemble Thalassocratique aux trois capitales – Washington, Wall-Street, mais aussi la City de Londres qui a conservé son rôle international (4) -, les britanniques sont  en première ligne. A la fois porte-avion US contre l’Europe occidentale, cheval de Troie face à l’UE, et chien courant pour agresser la Russie (5).

L’impérialisme britannique est aujourd’hui surtout une nostalgie de grandeur géopolitique. Mais différente de celles des autres petit-nationalismes européens – France, Allemagne, Pologne ou Roumanie – parce que l’impérialisme anglo-saxon a un héritier direct, l’impérialisme américain. La thalassocratie de Washington et Wall-street ayant succédé entre 1917 et 1945 à la puissance maritime de Londres. Les deux versions modernes de Carthage. Avec le Brexit, qui a été soutenu par les mêmes réseaux qui ont porté Trump au pouvoir (6), la relation privilégiée entre Londres et les USA s’est rénovée. Voilà un impérialisme britannique 2.0 au cœur de la « nouvelle Guerre froide 2.0 » …

REGARD SUR L’EVOLUTION DE L’IMPERIALISME ANGLO-SAXON

J’ai résumé il y a quelques jours sur ‘Afrique Media’ l’évolution de cet impérialisme anglo-saxon. Et j’ai analysé son évolution de la lutte contre la puissance continentale française (de Louis XIV à Napoléon Ier), en passant au « grand jeu » du XIXe siècle en Asie centrale et au levant (déjà contre Moscou), à son évolution actuelle et à la satellisation de Londres à Washington, nouvelle métropole impérialiste anglo-saxonne centrale. J’y renvoie mon lecteur …

* Voir sur PCN-TV/

LUC MICHEL:

ANATOMIE DE L’IMPÉRIALISME ANGLO-SAXON (II).

LONDRES EN AVANT-GARDE CONTRE MOSCOU

sur https://vimeo.com/274083358

* Voir aussi sur PANAFRICOM-TV/

PRESS TV (28.03.18) AVEC LUC MICHEL:

UNE ANALYSE DE L’IMPÉRIALISME ANGLO-SAXON EN AFRIQUE.

QUELQUES MOTS SUR LA CONTRADICTION INTERNE DU BLOC AMERICANO-OCCIDENTAL

sur https://vimeo.com/262272092

UN MOT RAPIDE SUR LA CONFRONTATION TRUMP-ELITES DE L’UE ET LA CONTRADICTION INTERNE FONDAMENTALE DU BLOC AMERICANO-OCCIDENTAL

Un mot rapide sur la confrontation Trump-Elites de l’UE. Contrairement à beaucoup d’analystes, je ne partage le point de vue actuel sur les événements du type « annonce de guerre économique » ou « G7 au Québec ». Ces analystes croient à cette grande comédie des élites de l’UE – dont la position est quelque chose entre la bourgeoisie compradore (de Lenine) et la bourgeoise collaborationniste des Années 1936-44 (celle qui a préféré Hitler ou Franco aux Fronts populaires) -, qui veulent sauver la face et faire accepter le reserrement du Bloc américano-occidental autour des USA de Trump. On veut croire à Moscou ou à Téhéran à cette « Europe » qui « s’éloignerait des USA ». Certains « souverainistes », en France notamment, veulent y croire aussi, aveuglés par leurs obsessions idéologiques. C’est – hélas, trois fois hélas ! – une illusion. Ainsi Mme Merkel vient juste avant le G7 à Québec d’augmenter la part de budget de Berlin accordée à l’OTAN (comme Trump l’exigeait). Le reste c’est le célèbre « comediante tragediente » (7).

La confrontation interne du Bloc américano-occidental – l’allié géopolitique via l’OTAN est l’ennemi économico financier (guerre commerciale USA vs CEE/UE depuis … les Années ’80, et guerre financière dollar vs euro) – est avant tout une contradiction géopolitique (où la géopolitique conditionne l’Economique) (8). Et cette contradiction se résout en faveur du plus puissant géopolitiquement dans le Bloc occidental, à savoir la superpuissance américaine ! Ce qui veut dire que le pôle dominant US alignera les bourgeoisies de l’UE et les soumettra.

COMMENT LONDRES ENVISAGE DE FORMER UNE  »FORCE DE REACTION RAPIDE » CONTRE LA RUSSIE

Le sommet du G7 a Québec, que les médias ont centré sur le tragicomédie  imposée par Trump (qui vise un double agenda : soumission de l’UE et renforcement de l’OTAN à l’iternational, séduction de l’électorat populaire américain pour les élections de mi-mandat aux USA), a vu aussi les britanniques, en accord avec Trump, comploter contre Moscou.

La Première ministre britannique Theresa May a saisi l’opportunité du prochain sommet de G7 au Québec pour inviter ses homologues à former une « force de réaction rapide » et multinationale pour contrer ce qu’elle prétend être « l’agression russe ». L’annonce a été faite par le secrétaire aux Affaires étrangères Boris Johnson à un groupe de militants conservateurs lors d’un dîner privé ce mercredi soir 6 juin. ‘BuzzFeed News’ a ainsi obtenu un enregistrement audio d’une réunion à huis clos à l’Institute of Directors à Londres, où Johnson a traité de la stratégie de politique étrangère du Royaume-Uni, du Brexit, de Donald Trump et de Vladimir Poutine. Selon Johnson, Theresa May devait présenter un plan pour former une nouvelle « unité d’intervention rapide internationale pour faire face aux cyberattaques et aux assassinats russes » (sic).

Lundi dernier, le député britannique Bob Seely a déclaré dans un rapport publié par la ‘Henry Jackson Society’ que « les pays occidentaux pourraient entrer en conflit avec la Russie et dans des guerres hybrides y compris des cyberguerres ». « Les cyberattaques que la Russie est accusée d’employer, sont également utilisées par la Chine et l’Iran. » a-t-il-ajouté.

NOTES ET RENVOIS :

(1) Cfr. sur LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/

ENCORE ET TOUJOURS L’IMPERIALISME ANGLO-SAXON

sur http://www.lucmichel.net/2018/01/05/luc-michels-geopolitical-daily-encore-et-toujours-limperialisme-anglo-saxon/

(2) Le conflit de Rome contre Carthage, de la puissance continentale contre la puissance maritime, le thalassocratie, est classique, fondamental en Géopolitique !

Je peste souvent contre cette absurdité historique et géopolitique sans nom !  Beaucoup d’écrivains aujourd’hui à l’extrême-gauche commettent un contresens de même nature que celui des Spartakistes allemands en 1916-19, se déclarant « spartakistes », et qui relève de la même erreur d’analyse sur l’Empire romain. Parce qu’ils ne connaissent mal l’Histoire et la géopolitique. Et parce que le Gauchisme développe, singulièrement depuis Mai 1968 en France, Italie ou Belgique, un discours anti-étatique et anti-jacobin. Notamment, des gens comme l’idéologue italien Toni NEGRI, qui parlent des Etats-Unis comme « d’un nouvel Empire romain » (sic). Contresens copié-collé de chez les Altermondialistes par certains idéologues néofascistes ou pro islamistes français et italiens.

Les Américains, c’est Carthage !!! Avec l’impérialisme carthaginois, ils partagent le recours à des armées de mercenaires, la domination par une oligarchie, non pas politique, mais économique et une vision qui consiste non pas à diffuser une culture, mais à piller la planète.

Cela n’a rien de nouveau. Dès 1967, THIRIART pouvait déjà s’emporter: « Nous avons lu, sous la plume d’un journaliste du régime, que les Etats-Unis semblaient devenir la « nouvelle Rome ». C’est là un échantillon de l’inculture historique – crasse –. Les Etats-Unis sont essentiellement un Empire maritime, comme le fut longtemps l’Angleterre, comme tenta de l’être le Japon, entre Tsushima et Hiroshima. Le modèle parfait d’empire maritime demeure Carthage et le modèle parfait d’Empire continental reste Rome » Sur ce sujet capital, Jean THIRIART écrivait encore (« USA : un empire de mercantis. Carthago delenda est », LA NATION EUROPEENNE, n° 21, Bruxelles & Paris, octobre 1967) : « Actuellement la lutte titanesque qui se profile en filigrane et qui s’inscrira dans le siècle à venir, sera la lutte pour l’hégémonie, entre une puissance maritime étalée et une puissance terrestre compacte, entre les Etats-Unis et la Grande-Europe. Les conditions continentales et maritimes ont fait naître des styles extrêmement opposés. Rome a été, malgré ses duretés et ses cruautés (…) une puissance civilisatrice tandis que Carthage n’a été qu’une puissance mercantile. De Rome partaient des hommes qui allaient pacifier, organiser, construire, unifier. De Carthage partaient des marchands, des représentants de commerce ; ils partaient pour aller rapidement s’enrichir (…) De Carthage, il ne reste rien : littérature, style architectural, pensée philosophique, pensée politique : c’est le vide. On ne peut s’empêcher de faire un rapprochement avec les Etats-Unis où s’observe aujourd’hui ce même phénomène d’une civilisation sans culture. Le navigateur revient toujours chez lui, le continental s’implante. On peut, sans exagération, affirmer que la géographie ou la géopolitique a créé un style politique ».

Les révolutionnaires allemands Karl LIEBKNECHT et Rosa LUXEMBOURG – dont LENINE jugeait les vues étroites et qui ont politiquement échoué  là où les Bolchéviques ont triomphé – ont eu une vision historique complètement faussée en choisissant Spartacus et la Révolte des esclaves pour emblème. Les esclaves révoltés n’étaient nullement le prolétariat antique. Celui-ci, c’est précisément la plèbe, dont les intérêts s’exprimaient dans le Parti populaire et qui formaient l’ossature des Légions de Marius à César. Le légionnaire est obligatoirement un citoyen romain sous la République, héritage de l’ancienne Démocratie directe des origines romaines. La vision des révolutionnaires français de 1789, imprégnés de l’Histoire romaine, a été plus claire. Ce n’est pas sans raison que BABEUF, le « premier communiste de l’Histoire moderne » selon Marx, avait choisi comme prénom révolutionnaire celui de « Gracchus » ! Précisément les Gracques, les deux leaders martyrs du parti populaire, les tribuns de la plèbe assassinés de la République romaine.

La Géopolitique de la Grande-Europe – qui est aussi la base et la matrice des thèses néo-eurasistes – ne fait qu’exprimer une vision globale, politique, éthique, de civilisation que l’on peut résumer par la formule lapidaire « Rome contre Carthage » !

(3) Les trois guerres puniques opposèrent durant près d’un siècle la Rome antique et Carthage (civilisation punique et pas « africaine », les africains sont ses voisins numides, alliés de Rome). La cause initiale des guerres puniques fut le heurt des deux empires en Sicile, qui était en partie contrôlée par les Carthaginois. Au début de la première guerre punique, Carthage avait formé un vaste empire maritime (thalassocratie) et dominait la mer Méditerranée, alors que Rome avait conquis l’Italie péninsulaire (puissance continentale). À la fin de la troisième guerre punique, Rome parvint à conquérir les territoires carthaginois et à détruire Carthage, devenant ainsi la plus grande puissance de la Méditerranée.

(4)  Voir sur LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/

INTRODUCTION TO THE GEOPOLITICS OF BRITISH IMPERIALISM (II): THE ROLE AND PLACE OF LONDON

sur http://www.lucmichel.net/2018/04/13/luc-michels-geopolitical-daily-introduction-to-the-geopolitics-of-british-imperialism-ii-the-role-and-place-of-london/

(5) Voir sur LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/

INTRODUCTION TO THE GEOPOLITICS OF BRITISH IMPERIALISM

sur http://www.lucmichel.net/2018/03/16/luc-michels-geopolitical-daily-introduction-to-the-geopolitics-of-british-imperialism/

(6) Cfr. Luc MICHEL, EODE/ GEOPOLITIQUE/

APRES LA RUPTURE DU BREXIT AVEC BRUXELLES, LONDRES RETROUVE SON ROLE TRADITIONNEL DE PORTE-AVION AMERICAIN EN EUROPE …

sur http://www.lucmichel.net/2017/04/12/eode-geopolitique-apres-la-rupture-du-brexit-avec-bruxelles-londres-retrouve-son-role-traditionnel-de-porte-avion-americain-en-europe/

(7) A la veille du sommet, le président américain avait déjà haussé le ton à La Malbaie, sur les rives du Saint-Laurent, au Canada. Il avait accusé jeudi la France et le Canada d’imposer des « droits de douane énormes » aux États-Unis et de créer des « barrières douanières non-monétaires »: « Veuillez dire au Premier ministre Justin Trudeau et au président Macron qu’ils imposent des droits de douane énormes aux États-Unis et qu’ils créent des barrières douanières non-monétaires. L’Union européenne a un surplus commercial de 151 milliards et le Canada tient à l’écart les fermiers et d’autres. Hâte de les voir demain», avait écrit Donald Trump » sur Twitter.

(8) Voir sur LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/

COMMENT L’ECONOMIE BELGE EST PRISE EN ETAU DANS LES GUERRES ECONOMIQUES AMERICAINES (LA BELGIQUE MAILLON FAIBLE DE L’OTAN ET DE L’UE ? III)

sur http://www.lucmichel.net/2018/05/23/luc-michels-geopolitical-daily-comment-leconomie-belge-est-prise-en-etau-dans-les-guerres-economiques-americaines-la-belgique-maillon-faible-de-lotan-et-de-lue/

(Sources : Geopolitical Futures – Reuters – BuzzFeed News – EODE Think Tank)

LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE

* Avec le Géopoliticien de l’Axe Eurasie-Afrique :

Géopolitique – Géoéconomie – Géoidéologie – Géohistoire –

Géopolitismes – Néoeurasisme – Néopanafricanisme

(Vu de Moscou et Malabo) :

PAGE SPECIALE Luc MICHEL’s Geopolitical Daily

https://www.facebook.com/LucMICHELgeopoliticalDaily/

________________

* Luc MICHEL (Люк МИШЕЛЬ) :

WEBSITE http://www.lucmichel.net/

PAGE OFFICIELLE III – GEOPOLITIQUE

https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel.3.Geopolitique/

TWITTER https://twitter.com/LucMichelPCN

* EODE :

EODE-TV https://vimeo.com/eodetv

WEBSITE http://www.eode.org/

LM.GEOPOL - Imperialisme   anglo-saxon II (2018 06 11) FR 2 LM.GEOPOL - Imperialisme   anglo-saxon II (2018 06 11) FR 3 LM.GEOPOL - Imperialisme   anglo-saxon II (2018 06 11) FR 4

This entry was posted in # ACTU / BREAKING NEWS. Bookmark the permalink.

Comments are closed.