#LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/ GEOIDEOLOGIE – L’IDENTITE EURASIENNE DE LA RUSSIE (I). LE MINISTRE RUSSE LAVROV A DIT A LA CONFERENCE SUR LA SECURITE DE MUNICH 2018 : ‘COMME LE TROISIEME REICH, LES ETATS-UNIS ESSAYENT DE REJETER LA RUSSIE HORS DE L’EUROPE’ …

LM.GEOPOL - VFR Geoideologie russie   eurasie I (2018 06 14) FR (2)

LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE/

Luc MICHEL pour EODE/

Quotidien géopolitique – Geopolitical Daily/

2018 05/

Résumé français d’une analyse de Luc MICHEL

publiée originellement en anglais.

* Version anglaise complète sur :

LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/

GEOIDEOLOGY – RUSSIA’S EURASIAN IDENTITY (I):

RUSSIAN FM LAVROV SAID MUNICH SECURITY CONFERENCE ‘LIKE THE THIRD REICH, THE U.S. TRIES TO PUSH RUSSIA OUT OF EUROPE’ (2018 03 19)

sur http://www.lucmichel.net/2018/03/19/luc-michels-geopolitical-daily-geoideology-russias-eurasian-identity-i-russian-fm-lavrov-said-munich-security-conference-like-the-third-reich-the-u-s-tries-to-push-russia/

« L’Occident dirigé par les Etats-Unis répète aujourd’hui les mêmes politiques du Troisième Reich, en essayant d’isoler la Russie (…) La Russie n’est pas l’outsider politique de l’Europe, mais elle fait partie intégrante du contexte européen »

- Sergueï Lavrov.

Retour sur la Conférence sur la sécurité de Munich (sujet que j’avais traité directement en anglais).

Si prolixe sur la Russie en ces jours de russophobie paranoïaque, les médias occidentaux n’ont guère parlé du grand discours du ministre russe Lavrov, exposant les fondements géoidéologiques de la Politique étrangère russe. Un discours dérangeant, parce qu’il dresse un parallèle historique et idéologique entre la politique internationale du IIIe Reich et celle, actuelle, des USA (1) …

Le 17 février 2018, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a prononcé ce discours lors de la conférence annuelle de Munich sur la sécurité 2018, résumant tous les principaux piliers de la politique étrangère de la Russie. Sans surprise, Lavrov avait choisi d’ouvrir avec un de ses leitmotive préféré: comment la « fin de l’Histoire » («End Of History») de Francis Fukuyama a été renversée.

UNE PLONGEE DANS L’IDEOLOGIE AMERICAINE :

QUELLES SONT LES THESES DE FUKUYAMA ?

La victoire américaine de 1991, largement surestimée dans les cercles conservateurs qui entourent le président Bush, fera place à une nouvelle théorisation de l’impérialisme yankee. Les proches conseillers de Bush lui donnent immédiatement une nouvelle définition: c’est le «Nouvel Ordre Mondial» au nom duquel les USA ont reçu la mission de «pacifier» le monde et d’imposer des pseudo-valeurs de «libre-échange». Les principaux théoriciens de l’impérialisme américain à l’aube du XXIe siècle sont Francis Fukuyama, Samuel P. Huntington et Zbigniew Brzezinski.

Francis Fukuyama publie en 1992 « La fin de l’histoire et le dernier homme », où il développe la fameuse thèse qu’il avait émise en 1989 dans le magazine « The National Interest ».

Que veut dire Fukuyama par « fin de l’histoire »? Derrière des philosophes comme Hegel et Kojève, il considère que l’histoire est le résultat d’antagonismes entre les différentes idéologies et formes d’organisation sociale, qui se combattent pour la reconnaissance. Cependant, avec la chute du Mur, la chute du communisme et la victoire de la démocratie libérale, l’histoire, prise dans ce sens, s’abolit. La preuve est faite que le destin de l’humanité, est la démocratie libérale moderne, l’idéologie politique de l’impérialisme américain, qui, même si elle pouvait être perfectionnée, offre selon Fukuyama le meilleur monde possible.

En 1997, avec « La confiance et le pouvoir », Francis Fukuyama précise sa pensée et souligne que la majorité des nations se dirigent politiquement vers la démocratie et économiquement vers l’économie de marché. Dans ce nouveau livre, il développe une justification idéologique de la supériorité du modèle social américain et entreprend de démontrer qu’il existe une relation entre «vertus sociales et prospérité économique», la première générant la seconde. L’État providence a dû battre en retraite. Il affirme qu’il y a des pays plus capables que d’autres de se développer. Il s’oppose aux sociétés familiales, comme la France, l’Italie ou la Chine, avec un faible degré de confiance, qui implique une forte intervention de l’État, et des sociétés de confiance, automatiquement plus prospères, comme le Japon, l’Allemagne et les États-Unis.

Mais Fukuyama est surtout l’idéologue du projet de société américaine à long terme, qu’il affirme être l’avenir ultime de l’humanité. C’est simplement l’accomplissement ultime du «destin manifeste». Et c’est surtout une vision cauchemardesque d’une société où disparaissent le politicien et l’homme acteur de l’histoire, où le destin des hommes et des peuples est remplacé par un monde unifié, gris et sale, où le consumérisme accompli sera l’horizon ultime. Et triomphera alors le dernier Homme, plus soucieux d’assurer son bien-être que d’affirmer sa valeur par les œuvres brillantes ou par les guerres.

Dans un entretien retentissant au quotidien « Le Monde » du 17 juin 1999, Fukuyama précise sa vision du « dernier homme », incontestablement « la fin de l’histoire »: « Le caractère ouvert de la nature des sciences contemporaines nous permet de calculer que, d’ici aux deux prochaines générations, la biotechnologie nous donnera des outils qui nous permettront d’accomplir ce que les spécialistes de l’ingénierie sociale n’ont pas réussi à faire.À ce stade, nous allons certainement mettre fin à l’histoire humaine parce que nous abolirons les êtres humains tels qu’ils sont, une nouvelle histoire commencera, au-delà de l’humain « . Voici brutalement exposé le projet de la société ultime de l’oligarchie américaine !

Dans la même interview, il précise la continuité de sa thèse autrement sur « la fin de l’histoire » avec son projet orwellien de société: « Quand j’ai publié » La fin de l’histoire « , en 1992, il a dit: » J’ai été harcelé par les critiques mais je n’ai pas parlé de la même histoire que mes censeurs. Je voulais dire qu’avec la chute du bloc Est, de nombreuses questions fondamentales concernant l’idéologie et les institutions qui avaient sous-tendu l’histoire pendant des décennies ont été ajustées plus ou moins, dans les pays développés. Aujourd’hui, les vrais problèmes se situent à la base des structures sociales et religieuses, et de la culture « .

L’homme deviendra alors un « chien heureux » note Fukuyama: « Un chien est heureux de dormir au soleil toute la journée, tant qu’il est nourri, car il n’est pas insatisfait de ce qu’il est. faire d’autres chiens meilleurs que lui, ou que sa carrière de chien reste stagnante.Si l’homme atteint une société dans laquelle il aura réussi à abolir l’injustice, sa vie finira par ressembler à celle du chien « . Fukuyama reste muet sur ceux qui seront les maîtres de ces « chiens heureux », et qui les garderont en laisse …

QUE REPOND LAVROV A FUKUYAMA ?

Le livre de Fukuyama « La fin de l’histoire et le dernier homme », publié en 1992, postule que, avec la fin de la guerre froide, la démocratie libérale occidentale a survécu en tant que forme finale du gouvernement humain (2). Cependant, au cours des dernières années, Lavrov a promu la contre-thèse que la fin de l’histoire de Fukuyama n’a pas réussi à concrétiser. Lavrov a également souligné cette affirmation lors de la précédente conférence de Munich sur la sécurité en 2017. À cette occasion, Lavrov a affirmé que «l’ordre de l’après-guerre froide», c’est-à-dire le libéralisme, «a pris fin». Rejetant les allégations selon lesquelles la Russie tente de saper le soi-disant «ordre mondial libéral», il a néanmoins souligné que la Russie rejette «l’ordre mondial libéral», qu’il a défini comme un modèle qui a dégénéré en un simple instrument de la croissance d’un club d’élite de pays et sa domination sur tout le monde.  » Dans son discours de Munich 2017, Lavrov a imploré les dirigeants «d’un sens des responsabilités» de choisir «un ordre mondial post-occidental» dans lequel chaque pays développe sa propre «souveraineté» dans le cadre du droit international, dans le respect de l’identité de chaque pays.

Cette année, Lavrov était beaucoup moins conciliant dans son analyse, car il établissait un parallèle entre les politiques du Troisième Reich et l’ordre mondial occidental. Lavrov a mentionné que lors des Procès de Nuremberg, les dirigeants du Troisième Reich ont justifié le Pacte de Munich (1938) en affirmant que «l’objectif est d’expulser la Russie de l’Europe.» Selon Lavrov, « l’Occident dirigé par les Etats-Unis répète aujourd’hui les mêmes politiques du Troisième Reich, en essayant d’isoler la Russie ».

« LA RUSSIE N’EST PAS L’OUTSIDER POLITIQUE DE L’EUROPE, MAIS ELLE FAIT PARTIE INTEGRANTE DU CONTEXTE EUROPEEN » (LAVROV)

Lavrov est ensuite passé à un autre de ses leitmotifs préférés: « La Russie n’est pas l’outsider politique de l’Europe, mais elle fait partie intégrante du contexte européen ». Ce que je dit depuis 1983 ! (3) Ce concept a été longuement abordé dans son traité « Russia’s Foreign Policy: Historical Background » le 3 mars 2016. Dans lequel Lavrov, insistant sur « l’identité eurasienne de la Russie », a expliqué que « la Russie a joué un rôle important dans l’histoire européenne et les politiques européennes contemporaines. » Dans son discours à Munich, Lavrov a appelé l’UE « Arrêter d’essayer de nager à contre-courant de l’histoire » et de renouveler le système des relations internationales sur une base « équitable ». Il a conclu en demandant à l’UE de « se joindre aux travaux de l’Union économique eurasienne ».

NOTES :

(1) Luc MICHEL, L’AMERICANISME EST LE NAZISME DU XXIe SIECLE !, Editorial de juin 2002 de « LA CAUSE DES PEUPLES » – N° 16,

http://www.pcn-ncp.com/editos/fr/ed-020600.htm

Extrait: Jean-Edern Hallier, dans son livre prophétique LA CAUSE DES PEUPLES, qui a directement inspiré le titre et notre association transnationale de solidarité LCDP-TPC, dénonçait déjà il y a quatre décennies la relation étroite – des projets, des méthodes darwiniennes et la même philosophie – entre l’américanisme et le nazisme. Avant lui, les voix du national-communiste Lauffenberg, le leader de la République des Conseils de Hambourg (depuis 1920), de l’Ernst Jünger de DER ARBEITER (le Travailleur) et de Jean Thiriart, le théoricien de l’anti-américanisme moderne, s’ étaient déjà élevées contre l’américanisation du monde. Écoutons les mots forts de Hallier: «Bien sûr, l’américanisme n’est ni le fascisme ni le national-socialisme, mais il est déjà beaucoup plus! Parce que l’impérialisme américain, opérant à l’échelle mondiale, a inventé des lois à la mesure de son pouvoir. et le fascisme puritain, on devrait plutôt parler de plutofascisme! … quand Hitler a comparé l’expansionnisme allemand et américain, il n’a pas caché son admiration pour le «dynamisme» américain et le «nouvel élément du pouvoir» sur la scène internationale, qui s’était développé sur les «terres vierges» du monde, l’Amérique du Nord, alors qu’il devait travailler dans la vieille Europe. Le sionisme gâtait tout entre les deux puissances qui avaient de bonnes chances de s’entendre, mais Hitler, dans son racisme aveugle, n’avait pas encore pu découvrir que le sionisme, avant-garde de l’impérialisme, avait les mêmes germes de nationalisme et de fascisme, plus aiguisés, mieux adaptés aux nouvelles exigences du capitalisme que les théories qu’il avait développées de son côté. Depuis ».

(2) See Luc MICHEL, AMERICAN IMPERIALISM – THEORIES : THE PEOPLES’ANSWER, 7 Septembre 2012 , Conference to « Youth Camp for Green, Peace and Alternative movements » (Germany, July 2001)

on http://www.pcn-ncp.com/youthcamp2001.htm

(3) See Luc MICHEL, “La Russie c’est aussi l’Europe”, in CONSCIENCE EUROPEENNE, review, N°6, décembre 1983, Charleroi.

The act of birth of the Neoeurasism …

on http://www.lucmichel.net/2014/05/29/pcn-timeline-ideologie-1983-84-le-pcn-reinvente-le-national-bolchevisme-moderne/

LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE

* Avec le Géopoliticien de l’Axe Eurasie-Afrique :

Géopolitique – Géoéconomie – Géoidéologie – Géohistoire –

Géopolitismes – Néoeurasisme – Néopanafricanisme

(Vu de Moscou et Malabo) :

PAGE SPECIALE Luc MICHEL’s Geopolitical Daily

https://www.facebook.com/LucMICHELgeopoliticalDaily/

________________

* Luc MICHEL (Люк МИШЕЛЬ) :

WEBSITE http://www.lucmichel.net/

PAGE OFFICIELLE III – GEOPOLITIQUE

https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel.3.Geopolitique/

TWITTER https://twitter.com/LucMichelPCN

* EODE :

EODE-TV https://vimeo.com/eodetv

WEBSITE http://www.eode.org/

LM.GEOPOL - VFR Geoideologie russie   eurasie I (2018 06 14) FR (1)

This entry was posted in # ACTU / BREAKING NEWS. Bookmark the permalink.

Comments are closed.