# LUCMICHEL. NET/ BID DATAS ET SERVICES SECRETS : COMMENT UNE START-UP FINANCÉE PAR LA CIA S’EST IMPOSÉE AU CŒUR DES SERVICES DE RENSEIGNEMENT FRANÇAIS

palantir

2018 10 08

Revue de Presse :

‘Cambridge Digital’ n’est que la partie émergée de l’iceberg !
Une société américaine, Palantir, a un œil sur les données des services secrets français depuis un contrat passé en 2016. Ce marché est-il sans risque ? Pourquoi aucune société française n’a-t-elle pu rivaliser ? franceinfo a mené l’enquête.

Le big data constitue aujourd’hui « le pétrole » des services de renseignements. Depuis 2016, une société américaine liée à la CIA, Palantir, travaille pour le renseignement intérieur français, la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Existe-t-il un risque de fuite de données ? Enquête sur l’une des start-up les plus puissantes du monde.
Le mai 23 mai 2018, une cinquantaine de patrons de géants du numérique sont invités par le chef de l’État, Emmanuel Macron, lors d’une réunion baptisée Tech for Good. Parmi eux, figure Alexander Karp, le PDG de Palantir.
Il a fondé sa start-up en 2004, et elle reste peu connue du grand public. L’entreprise d’Alexandre Karp est pourtant devenue l’un des leaders mondiaux du traitement massif de données. Grâce à des algorithmes, Palantir fait se croiser et analyse des milliers de données différentes. « La promesse de Palantir, c’est de rendre visible ce qui est invisible à l’œil nu, en moulinant des données et en leur donnant du sens, explique Olivier Tesquet, journaliste et spécialiste du numérique à Téléréma. Par exemple, ils vont deviner les zones de famine en étudiant l’évolution du prix du pain ou permettre à des entreprises de détecter des menaces internes en identifiant les fichiers partagés sur les ordinateurs. »

UN NOM INSPIRE DU « SEIGNEUR DES ANNEAUX »

Le nom de la société américaine n’a rien d’innocent. Il fait référence au palantír, la « pierre de vision » dans les romans de J.R.R. Tolkien, Le Seigneur des anneaux ou le Silmarillion : une boule de cristal qui permet de tout voir, tout savoir. Les principaux clients de Palantir sont les banques, les assurances, mais aussi les services de renseignement, particulièrement intéressés par la puissance de ces algorithmes. « Cette technologie permet de traiter des données produites par les compagnies aériennes ou par les entreprises de télécoms, explique Alexandre Papaemmanuel, responsable sécurité et renseignement intérieur à la société Sopra Steria. On peut tracer les appels entrants et sortants, faire des graphes relationnels, savoir qui parle avec qui et quand. »

« MATHEMATISER LES COMPORTEMENTS HUMAINS »

Aux États-Unis, Palantir travaille pour plusieurs agences de renseignement, comme la NSA, mais aussi le FBI, certains secrétariats d’État comme celui la Défense, de de la Justice, ou encore plusieurs polices locales, notamment à Los Angeles ou à la Nouvelle-Orléans, comme le décrit le site The Verge (article en anglais). La « police prédictive » est un marché en pleine expansion, ainsi que l’avait relevé le quotidien Le Monde en janvier 2013 (article sur abonnement). C’est un secteur dans lequel est également actif une autre société baptisée PredPol. « Derrière ces sociétés, il y a l’idée qu’on pourrait mathématiser les comportements humains grâce aux données, analyse Philippe Vion-Dury, auteur du livre La nouvelle servitude volontaire, aux éditions Fyp. C’est ce qu’on appelle le machine learning. On retrouve les mêmes techniques chez Google, Facebook, ou Youtube. »
Cela répond à un certain esprit de la Silicon Valley qui pense pouvoir réduire les grands problèmes sociaux et comportementaux de l’humanité à des équations.
La technologie de Palantir a également été utilisée par le Consortium international de journalistes d’investigation, l’ICIJ, dont Radio France est partenaire. En revanche, plusieurs grosses entreprises comme Coca Cola ou American Express ont préféré se passer de ses services, notamment en raison d’un coût trop élevé.

PAYPAL, LE « LABORATOIRE » DE PALANTIR

Derrière Palantir, il y a un homme : Peter Thiel. Ce petit génie de la Silicon Valley, qui a investi très tôt dans Facebook, est un libertarien qui prône le rétrécissement du rôle de l’État. L’homme a aussi la folie des grandeurs : il veut repousser l’âge de la mort et il finance des projets de cités flottantes dans les eaux internationales, hors de la souveraineté des États. Peter Thiel s’est fait connaître en investissant avec Elon Musk, dans une autre société qui a beaucoup fait parler d’elle : PayPal, un système de paiement en ligne. « Palantir se trouvait déjà en germe à l’intérieur de PayPal, souligne l’expert en cyber sécurité Fabrice Epelboin. À l’époque, PayPal a gagné contre les banques, en s’attaquant à la fraude d’une manière très originale. Là où les banques, ses concurrents de l’époque, s’attaquaient à la fraude avec des systèmes automatisés, PayPal a introduit des opérateurs humains manipulant ces données avec des interfaces graphiques. »

LE MONDE SELON PALANTIR

Le siège de Palantir est situé à Palo Alto, en Californie, au cœur de la Silicon Valley. La start-up pèse aujourd’hui 20 milliards de dollars et se veut incontournable dans de multiples secteurs d’activités. Peter Thiel est convaincu que Palantir va régler tous les problèmes de la planète, comme il l’écrit dans son livre De zéro à un. Comment construire le futur, paru en France en 2017, aux éditions JC Lattès. « En plus d’aider à repérer des terroristes, écrit l’entrepreneur, les analystes utilisant le logiciel de Palantir ont été en mesure de prédire là où des insurgés installent des engins explosifs improvisés en Afghanistan. » La liste des atouts de Palantir est longue, selon l’auteur. Les analyses à partir du logiciel ont aussi permis « d’instruire des dossiers de délits d’initiés de grande ampleur, de démanteler des réseaux de pornographie infantile partout dans le monde, de soutenir les centres américains de contrôle et de prévention des maladies dans la lutte contre les épidémies d’origine alimentaire et de faire économiser des centaines de millions de dollars par an aux banques et au gouvernement [américain] grâce à un dispositif de détection avancée de la fraude ».

UN CIRCUIT PARALLELE DU RENSEIGNEMENT

Palantir est également proche de la CIA. L’entreprise a été financée en partie par le fonds In-Q-Tel, lié au service de renseignements américain. « C’est la CIA qui a financé le développement de leur projet, dans toutes ses facettes, explique l’ancien directeur du renseignement à la DGSE Alain Juillet. Comme tous les services de renseignement du monde, l’agence américaine avait besoin d’avoir le maximum d’informations dans un minimum de temps. Les méthodes de Palantir ont semblé tellement intéressantes que la CIA a dit : ‘Banco, on paye, vous y allez’. Palantir a réussi à créer un outil unique au monde. »

Sans que l’on sache vraiment s’il s’agit d’une légende, Palantir laisse dire qu’elle aurait permis à l’administration américaine de localiser Oussama Ben Laden. « Nous n’avons pas d’informations à dévoiler sur cette opération, écrit Peter Thiel dans son livre, mais nous pouvons affirmer qu’à eux seuls, ni l’intelligence humaine ni les ordinateurs ne seront en mesure d’assurer notre sécurité. » Contrairement à la plupart des patrons de la Silicon Valley, Peter Thiel est un proche de l’administration Trump, ainsi que le notait Le Figaro en novembre 2016.

A part çà, les puissances anglo-saxonnes accusent la Russie « d’influencer les élections » …

* Info intéressante. MAIS A lire avec esprit critique …
https://www.francetvinfo.fr/internet/securite-sur-internet/comment-une-start-up-financee-par-la-cia-s-est-imposee-au-coeur-des-services-de-renseignement-francais_2952265.html

REVUE DE PRESSE
https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel
http://www.lucmichel.net

This entry was posted in # ACTU / BREAKING NEWS, # ARTICLES BY LANGUAGE, * Français and tagged , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.