# LUCMICHEL. NET/ LA VIOLENCE POLICIERE COMME ARME DE REPRESSION CONTRE LES ‘GILETS JAUNES’

gilets jaunes blesses de guerre

2019 01 29

TEMOIGNAGES FRANCEINFO. 
« Mon œil a perdu plus des trois quarts de sa vue » : 
ils accusent les LBD d’avoir bouleversé leur vie …

Au 29 janvier, 51 personnes se sont manifestées par le biais d’un appel lancé par franceinfo pour retrouver des victimes de tirs de lanceurs de balle de défense. Parmi eux, Maxime, Cédric, Yann, Alain et Vanessa ont accepté de témoigner.

« Ma première manifestation était le 15 décembre et elle n’a pas duré bien longtemps vu qu’à 14h20, je me suis fait tirer dessus au flashball. En voulant partir. » Vanessa Langard a perdu 75% de sa vue à l’œil gauche lors d’une manifestation à Paris. La jeune femme fait partie de la cinquantaine de personnes gravement blessées par des tirs de lanceurs de balle de défense (LBD) identifiées par franceinfo depuis le début de la mobilisation des « gilets jaunes ». Notre appel à témoignages a permis de confirmer 10 blessés de plus par rapport à notre précédent recensement.

Cinq ont accepté de livrer leur témoignage à franceinfo. Tous ne sont pas des « gilets jaunes », comme Yann Keribin, 33 ans, qui couvrait la manifestation du samedi 8 décembre à Toulouse en tant que photographe, quand une balle de caoutchouc est venue fracturer son tibia.

UNE VIE « ENTRE PARENTHÈSES »

Vanessa Langard vivait, elle, sa première manifestation en tant que « gilet jaune » ce samedi 15 décembre. « Depuis le début, j’étais d’accord avec leurs idées mais plus ça avançait plus je voyais qu’il y avait besoin de se faire entendre, je me suis dit ‘allons-y’, explique l’auxiliaire de vie qui vit dans le Val-de-Marne. Elle mène aujourd’hui une vie « entre parenthèses » depuis ce tir de LBD reçu en plein visage. Des images d’elle sur son lit d’hôpital, tuméfiée et le crâne ouvert, ont été partagées en masse sur les pages des « gilets jaunes ».

« MON ŒIL A PERDU PLUS DES TROIS QUARTS DE SA VUE, JE NE VOIS PLUS QUE DES FORMES ET DES COULEURS ET ÇA NE SERA PAS RÉPARABLE ».
VANESSA LANGARD

Il a fallu deux interventions pour soigner, en plus de son œil, une hémorragie au niveau du cerveau, une fracture de l’arcade, qui a atteint le cerveau en se retournant, et une fracture de l’orbite. Vanessa gardera de lourdes séquelles de sa première manifestation malgré des soins qu’elle devra suivre encore pendant de nombreux mois. Pour atténuer ses troubles de la mémoire, de l’élocution et une grande fatigue, elle a débuté une importante rééducation du cerveau et de l’œil et espère surtout travailler sur le choc traumatique, « pour avancer ».

« Ma première manifestation était le 15 décembre et elle n’a pas duré bien longtemps vu qu’à 14h20, je me suis fait tirer dessus au flashball. En voulant partir. » Vanessa Langard a perdu 75% de sa vue à l’œil gauche lors d’une manifestation à Paris. La jeune femme fait partie de la cinquantaine de personnes gravement blessées par des tirs de lanceurs de balle de défense (LBD) identifiées par franceinfo depuis le début de la mobilisation des « gilets jaunes ». Notre appel à témoignages a permis de confirmer 10 blessés de plus par rapport à notre précédent recensement.

Cinq ont accepté de livrer leur témoignage à franceinfo. Tous ne sont pas des « gilets jaunes », comme Yann Keribin, 33 ans, qui couvrait la manifestation du samedi 8 décembre à Toulouse en tant que photographe, quand une balle de caoutchouc est venue fracturer son tibia.

DU CAOUTCHOUC DANS LA MAIN

A Bourg-en-Bresse, Cédric Gambin, 37 ans, est, lui, un habitué des ronds-points. Samedi 12 janvier, il rejoint d’abord ses amis avant de prendre part au cortège qui défile dans les rues de la préfecture de l’Ain. Quelques minutes après avoir quitté les rangs, alors qu’il est en pleine discussion avec un ami sur le chemin du retour, il explique qu’un tir de LBD 40 a frappé sa main droite. Résultat : fracture ouverte du premier métacarpien avec section complète du tendon du pouce et une autogreffe osseuse. Son compte-rendu opératoire, que franceinfo a pu consulter, mentionne « plusieurs morceaux de caoutchouc (flash-ball) » retrouvés dans « le foyer de la fracture ».

Le projectile à l’origine de la blessure n’est pas toujours notifié dans les documents médicaux que nous ont fait parvenir les blessés. Ainsi, Alain Hoffmann, 53 ans, tente toujours de prouver qu’il a bien été atteint par un tir de LBD 40. Il est d’ailleurs à la recherche de l’homme qui a ramassé la douille qui se trouvait dans son col après l’avoir touché à la carotide, le 1er décembre à Paris. Venu du Jura avec une quinzaine de « gilets jaunes », qu’il décrit comme « pacifistes », cet ancien militaire raconte avoir été blessé alors qu’il réglait son appareil photo dans le secteur de l’Arc de triomphe. « C’est à ce moment-là qu’on m’a tiré dessus », affirme-t-il. Malgré ses neuf points de suture dans le cou, Alain répète qu’il a eu « de la chance ». A deux millimètres près, sa carotide aurait pu être atteinte et il aurait pu mourir avant de rejoindre l’hôpital, estime son chirurgien.

« JE NE FAISAIS QUE DISCUTER »

A Avignon, Maxime Iranzo a encore du mal à comprendre. Ce tatoueur de 40 ans explique à franceinfo qu’il s’est mêlé, le 1er décembre, au cortège des « gilets jaunes » pour « avoir [s]a propre idée sur ce mouvement et voir de quoi il est composé ». A plusieurs dizaines de mètres des forces de l’ordre, il affirme que la foule était en train de se disperser au moment où un LBD l’a heurté en plein visage, provoquant une double fracture de sa mâchoire inférieure.

« JE SAIS QUE C’EST ‘PRENDRE UN RISQUE’ DE MANIFESTER MAIS ÇA NE DOIT PAS ÊTRE CELUI-LÀ DE RISQUE. JE PENSE QUE N’IMPORTE QUI A LE DROIT D’ALLER MANIFESTER ET DE RENTRER AVEC SA MÂCHOIRE EN ENTIER ».
MAXIME IRANZO, BLESSÉ PAR UN LBD

Il n’est pas le seul à pointer l’attitude des forces de l’ordre. « Avant que ça ne m’arrive, j’étais persuadé qu’il fallait le chercher pour se faire tirer dessus. Maintenant, je sais que non », assène Yann, pourtant habitué à couvrir des manifestations. Au moment où ils ont été visés, les cinq blessés avec lesquels nous avons échangé décrivent tous une situation calme. « J’entends que les policiers se défendent quand ils sont attaqués, assure Cédric Gambin. Mais pour moi, ce jour-là, ça a été de la violence gratuite. Je n’ai peut-être pas tout vu, mais pour moi c’est démesuré. J’avais mon gilet jaune, je ne faisais que discuter tranquillement. »

« JE PLEURE BEAUCOUP, JE NE COMPRENDS PAS. JE NE COMPRENDS PAS POURQUOI CETTE PERSONNE A DÉCIDÉ DE ME TIRER EN PLEIN VISAGE ».
VANESSA, BLESSÉE PAR UN LBD

Légalement, les forces de l’ordre sont autorisées à faire usage du lanceur de balle de défense en cas de violences à leur encontre lors d’un attroupement, et à condition qu’elles ne puissent se défendre autrement. Le tireur ne doit viser que le torse et les membres supérieurs ou inférieurs sauf si les conditions du tir justifient un emploi légal de l’arme à feu létale. Les forces de l’ordre ne peuvent se servir du LBD 40 qu’en application du « principe de proportionnalité », selon les termes employés par la police nationale auprès de franceinfo.

DES DIFFICULTÉS POUR PORTER PLAINTE

Parmi ces cinq blessés qui ont accepté de témoigner, trois ont porté plainte et un s’apprête à le faire. Mais la procédure n’est pas toujours évidente pour ces manifestants, qui ne savent pas forcément comment s’y prendre. « Gilet jaune » dans une petite commune de l’Ain, Cédric Gambin a d’abord hésité entre aller porter plainte au poste de police près de chez lui et la gendarmerie, craignant de se retrouver face aux forces de l’ordre, après le choc subi. Il a fini par contacter un avocat : il « m’a dit d’aller à la gendarmerie (…). Et là, la gendarmerie m’a dit qu’ils ne s’occupaient plus des plaintes liées aux ‘gilets jaunes’, qu’il fallait directement écrire au procureur », rapporte-t-il.

Face à la complexité de la procédure, beaucoup se tournent vers les réseaux sociaux pour glaner des conseils. Des collectifs de blessés, regroupés par villes, essaiment ainsi sur Facebook pour porter des plaintes collectives et tentent de retrouver de potentiels témoins, des photos ou des vidéos. Par ailleurs, certains blessés que nous avons contactés ont refusé de nous communiquer des documents médicaux, craignant que cette médiatisation entrave la procédure.

En réponse à cette difficile collecte de preuves, dans le cadre d’une procédure judiciaire, Christophe Castaner a annoncé mardi 22 février, devant la commission des lois, que les forces de l’ordre utilisant les LBD 40 seront désormais équipés de caméras-piétons. Le ministre de l’Intérieur a par ailleurs indiqué, devant la commission du Sénat, que 81 enquêtes ont été ouvertes par l’Inspection générale de la police nationale (IGPN). Parmi elles, il a recensé quatre blessés ayant eu des atteintes graves à la vision à la suite d’un tir de LBD lors des manifestations.

DES ANNONCES QUI N’ONT PAS PERMIS D’ÉVITER UNE NOUVELLE POLÉMIQUE :

samedi 26 janvier, Jérôme Rodrigues, figure du mouvement des « gilets jaunes » a lui aussi été gravement atteint à l’œil. S’il affirme avoir été touché par un LBD, le secrétaire d’Etat à l’Intérieur, Laurent Nuñez, a déclaré n’avoir « aucun élément » pour l’appuyer. Jérôme Rodrigues affirme n’avoir vu aucune caméra-piéton sur la place de la Bastille ce jour-là, ce que conteste le secrétaire d’Etat.

* Info intéressante. MAIS A lire avec esprit critique …
https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/armee-et-securite/temoignages-franceinfo-mon-oeil-a-perdu-plus-des-trois-quarts-de-sa-vue-ils-accusent-les-lbd-d-avoir-bouleverse-leur-vie_3161463.html

REVUE DE PRESSE
https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel
http://www.lucmichel.net

This entry was posted in # ACTU / BREAKING NEWS, # ARTICLES BY LANGUAGE, # X. Luc MICHEL/ PRAXIS/ ORGANISATION, * Français, * PCN-NCP and tagged , , , , , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.