# LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/ NOUVELLES ROUTES DE LA SOIE : SOMMET BIENNAL ‘BELT AND ROAD’ A BEIJING CES 26-27 AVRIL SUR FOND DE PUISSANCE MARITIME CHINOISE

LM.GEOPOL - Pékin sommet obor (2019 04 25) FR 1

LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE/
Luc MICHEL pour EODE/
Quotidien géopolitique – Geopolitical Daily/
2019 04 25/
« Le sommet de la ceinture et de la route a débuté. Plus de 30 dirigeants mondiaux participent à la réunion à Beijing pour discuter du programme mondial d’investissement dans les infrastructures, accusé de financer d’énormes projets qui laissent les pays endettés. La Malaisie, qui a contraint la Chine à réduire ses projets de construction de chemins de fer tout en maintenant l’élan acquis dans le rapprochement technologique, pourrait indiquer que le plan évolue »
- Quartz Daily Brief (USA, 25 avril).
Ce jeudi les invités au  »Sommet biennal Belt and Road » à Beijing. Au même moment – et ce n’est sans doute pas un hasard – la Marine chinoise démontre sa force à l’occasion de son 70e anniversaire, en mettant notamment au pas la Marine française …
La Lettre d’information ‘The Monocle Minute’ (New-York – Londres – Honk Kong), cite Xi Jinping ce 25 April 2019 à cette occasion. « La marine chinoise a célébré son 70ème anniversaire cette semaine. Après avoir inspecté une flottille de navires de guerre, le président Xi Jinping a averti que les pays ne devraient pas «avoir facilement recours à la force». Des paroles rassurantes pour une région agitée, mais certains observateurs se demandent si le sentiment de sérénité ne masque pas une nuance plus hostile ».
PARTIE I-
LA MARINE CHINOISE A 70 ANS
« Cette déclaration était presque certainement destinée au public international de Xi en prévision du sommet biennal Belt and Road qui se déroule actuellement à Beijing, ajoute la Lettre anglo-saxonne. Les quelque 40 dirigeants mondiaux présents participeront plus facilement à une superpuissance bénigne. Mais derrière les pétards et les ballons, il y a des grondements. Il s’agit notamment de publier de nouvelles règles d’entraînement pour les recrues et d’envisager de transférer les unités de commandement militaire dans des villes de deuxième rang afin que les officiers supérieurs puissent passer plus de temps dans la boue ». Certains ont même entrevu le principal discours de Xi au début de l’année, lorsqu’il a déclaré que Taiwan « doit et sera » réunifiée avec la Chine, ce qui amorcerait un compte à rebours avant l’invasion planifiée de l’île autonome ». Oubliant que c’est la chine qui est provoquée par Washington et Taipeh dans cette affaire (1) ! « Une armée chinoise déréglée et à la gâchette facile », ose écrire ’The Monocle Minute’, rendra tout le monde un peu nerveux. Il est donc utile de mettre en perspective la rhétorique grandissante d’aujourd’hui: Beijing parle de la réunification de Taiwan depuis 70 ans. Longue vie à cette guerre (de mots) ».
UNE FORCE MARITIME EN EXPANSION
Dans son ‘Daily Memo: China’s Marine Corps’, le site de Georges Friedman (ex patron du Think Tank ‘Strafor’), ‘Geopolitical Futures’ dresse ce 24 avril l’état de la puissance maritime chinoise, le « Corps de marine en expansion de la Chine » : « Selon un reportage diffusé par le radiodiffuseur d’Etat chinois, le corps de marine du pays « a été élargi et transformé en une unité à part entière ». Le corps de marine de la Chine a été créé pour la première fois en 1953, mais le pays a longtemps été incapable de déployer une force amphibie capable de reprendre Taiwan, et avec cette annonce, la Marine de l’Armée de Libération du Peuple exprime clairement son intention de redoubler d’efforts pour construire une telle force. Avec les efforts de la Chine dans les mers du sud et de l’est de la Chine, Beijing a plus de territoires à défendre, ce qui nécessite des capacités amphibies. Selon des estimations récentes de la Jamestown Foundation, le corps de marine chinois compterait environ 40.000 hommes, soit beaucoup un nombre plus petit que celui des États-Unis (environ 200.000 soldats) ».
DETROIT DE TAIWAN :
QUAND BEJING FAIT UN EXEMPLE AVEC LA MARINE FRANCAISE !
L’armée chinoise a intercepté un navire de la marine française dans le détroit de Taïwan !
Pékin a annoncé ce jeudi un incident militaire. Paris n’a, de son côté, pas réagi. Des navires de guerre chinois ont intercepté un bâtiment de la marine française début avril dans le détroit de Taïwan, a annoncé Pékin, précisant « avoir remis une protestation solennelle à Paris ». Devant la presse, le porte-parole du ministère chinois de la Défense, Ren Guoqiang, a affirmé que « le navire français avait pénétré dans les eaux territoriales chinoises sans autorisation ». « L’armée chinoise a envoyé des bateaux de guerre, conformément à la loi, afin d’identifier le navire français et lui intimer l’ordre de partir », a-t-il ajouté. Le gouvernement chinois n’a pas précisé le nom du bâtiment. Mais la frégate française ‘Vendémiaire’, qui était attendue cette semaine à Qingdao, sur la côte est de la Chine, afin de participer à un défilé naval, n’était finalement pas présente à cet événement. Paris n’a pas fourni d’explications pour ce changement de programme.
On trouve dans le ‘Daily Memo’ de ‘Geopolitical Futures’ de ce 24 avril (« Navires français dans les eaux asiatiques ») et dans le ‘South China Morning Post’ plus de détails sur cet incident : « Des responsables américains ont déclaré à Reuters qu’une frégate française, le Vendémiaire, avait traversé le détroit de Taiwan le 6 avril, à l’ombre de la marine chinoise. En réponse, Beijing a annulé l’invitation de Paris à assister à un défilé naval tenu plus tôt cette semaine pour fêter les 70 ans de la fondation de la marine chinoise. Un responsable américain non identifié a déclaré qu’il n’était pas au courant des passages antérieurs de l’armée française dans le détroit litigieux, mais un chercheur cité par le South China Morning Post a déclaré que de telles opérations menées par la France et d’autres pays n’étaient pas inhabituelles – elles n’avaient tout simplement pas été révélées auparavant. Quoi qu’il en soit, les États-Unis ont décidé de publier le passage cette fois-ci » …
La Chine considère Taïwan comme une partie de son territoire. L’île est cependant dirigée depuis 1945 par un régime rival qui s’y était réfugié après la prise du pouvoir par les communistes sur le continent en 1949, à l’issue de la guerre civile chinoise. En février, la Chine avait déjà protesté contre le passage d’un bâtiment américain dans le détroit, dénonçant une « provocation » (2).
PARTIE II-
LE SOMMET DES ROUTES DE LA SOIE A BEJING
Invité de marque, le président suisse venu adhérer au grand projet ! ‘The Monocle Minute’ analyse ce fait saillant dans son édition de ce 24 April : « Le président suisse Ueli Maurer devrait s’inscrire à l’Initiative de la ceinture et de la route (ndla : OBOR, de son acronyme anglais) de la Chine cette semaine lors de sa visite officielle dans ce pays asiatique ». S’adressant aux médias d’Etat chinois avant le voyage, Maurer a décrit le projet de reconstruction des routes commerciales terrestres et maritimes historiques entre l’Asie et l’Europe comme un « projet de 100 ans ». Il participera également au deuxième sommet OBOR à Beijing.
« Près de 40 dirigeants mondiaux arriveront dans la capitale chinoise ce jeudi. Un grand nombre de ces présidents et premiers ministres viennent de pays voisins plus petits, même si un nombre croissant de pays européens ont adhéré au projet favori du président Xi Jinping. L’Italie est devenue le premier membre du G7 à rejoindre le mois dernier, ignorant les protestations des États-Unis. Washington a été tout sauf neutre dans ses critiques du projet soutenu par la Chine et n’enverra que des représentants de rang inférieur au sommet ».
AUTRE INVITÉ DE MARQUE, LE HONGROIS VIKTOR ORBAN
Autre invité de marque, le hongrois Viktor Orban, en froid avec Bruxelles. Orban qui déjà dans le passé s’était déclaré partisan du Néoeurasisme et de l’unification du continent « de Vladivostok à Lisbonne », se souvenant du passé eurasiatique des Magyars les ancêtres finno-ougriens des hongrois …
« Dans un commentaire qui irritera sans aucun doute Washington et certaines capitales européennes », commente ‘Geopolitical Futures’, Le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, a déclaré que l’Initiative de la ceinture de la route et de la route de la Chine était « une sauvegarde sérieuse du commerce mondial et de la liberté de l’économie mondiale », affirmant que son pays ignorerait « les pressions extérieures et idéologiques » pour éviter le projet.
« L’initiative ‘Une route, une ceinture’ est en parfaite harmonie avec les intérêts hongrois », a encore déclaré ce jeudi à Beijing Viktor Orbán, lors d’un entretien avec le Premier ministre chinois Li Keqiang. Avant les pourparlers, M. Orbán a déclaré que « c’était un grand honneur d’être invité » au deuxième forum de l’initiative économique Une route, une ceinture, qui se tiendra vendredi et samedi à Beijing. « Les Hongrois ont besoin d’une économie mondiale ouverte », mais la Hongrie est « prête à coopérer davantage dans le cadre de cette initiative » et rejettera « toute pression idéologique extérieure », au contraire, car le gouvernement hongrois « agira toujours en fonction des intérêts nationaux », a déclaré Orbán.
« Les entreprises chinoises ont largement contribué à la modernisation de l’économie hongroise », a déclaré Orbán. « Les investissements chinois ont maintenant atteint quelque 4,5 milliards de dollars en Hongrie », a-t-il ajouté, « et ont proposé de maintenir les investissements de capitaux à l’avenir ». Dans son message à la délégation hongroise, Li Keqiang a salué la « coopération sino-hongroise et a exprimé l’espoir que celle-ci devrait être étendue dans des domaines tels que la numérisation ». « La coopération entre les pays a déjà porté ses fruits et offre de grandes opportunités aux grandes entreprises et aux PME des deux pays », a-t-il déclaré.
Après les entretiens, le ministre hongrois des Affaires étrangères, Péter Szijjártó, et le ministre de l’Innovation et de la Technologie, László Palkovics, ont signé des accords bilatéraux avec des responsables chinois. Parmi ceux-ci figuraient des accords sur la création d’un centre de coopération sino-hongrois, une coopération dans le sport, la création d’une «route de la soie numérique», la création d’un groupe de travail visant à faciliter les échanges bilatéraux et l’exportation de volailles hongroises vers la Chine.
Orbán a rencontré le président chinois Xi Jinping plus tard ce jeudi, a déclaré le chef de la presse du Premier ministre au MTI. Ils ont marqué le 70e anniversaire des relations diplomatiques entre la Hongrie et la Chine, des succès de la coopération économique et des affaires européennes. Vendredi et samedi, Orbán participera au forum Belt and Road, où 37 chefs d’État et dirigeants mondiaux sont attendus.
LES OBJECTIFS DE CE SECOND SOMMET :
UNE « NOUVELLE PHASE DE MISE EN ŒUVRE COMPLÈTE »
S’exprimant lors de la réunion des dirigeants de la Coopération économique Asie-Pacifique (APEC) en Papouasie-Nouvelle-Guinée, en novembre 2018, Xi Jinping avait déclaré que « la Chine considérait le renforcement de la connectivité comme une priorité et que la coopération dans le cadre de son initiative ‘Infrastructures ceinture et route’ était entrée dans une « nouvelle phase de mise en œuvre complète ». « La Chine travaillera avec tous les pays concernés sur le principe de la consultation et de la collaboration pour obtenir des avantages partagés afin de poursuivre l’initiative ‘Belt and Road’ conformément à des normes élevées, afin qu’elle produise des résultats de qualité et crée davantage de possibilités de développement pour les habitants de la région Asie-Pacifique. et au-delà », avait alors déclaré le président chinois.
L’initiative ‘Belt and Road’ (OBOR) est la signature de la politique étrangère de Xi, annoncée il y a cinq ans, pour stimuler le commerce grâce à des investissements dans les ports, les centrales électriques et d’autres infrastructures dans plus de 80 pays, de l’Asie à l’Europe. Depuis, étendue à l’Arctique et à l’Amérique du Sud, l’initiative est devenue synonyme d’une grande partie de l’activité économique diplomatique et étrangère de la Chine. La Chine a déclaré que « cette initiative présentait des avantages pour tous les pays », avec des projets majeurs comprenant des liaisons ferroviaires entre la Chine, le Pakistan et le Laos, des liaisons directes de train de fret Chine-Europe ainsi que des ports dans divers pays, notamment la Grèce, les Pays-Bas et le Sri Lanka.
Beijing a accueilli le premier forum Belt and Road en mai 2017 avec la participation de plus de 100 pays, dont 29 dirigeants nationaux de pays tels que la Grèce, le Pakistan et la Russie.
Cependant, depuis lors, et les médias occidentaux insistent sans cesse là-dessus, en particulier en Afrique, « les inquiétudes sont nombreuses quant au fait que les prêts chinois pour des projets dans le cadre de cette initiative pourraient accroître les risques d’endettement de certains pays participants ». Après les élections de cette année, la Malaisie et le Pakistan ont annulé ou tenté de renégocier des projets d’infrastructure financés par la Chine pour des milliards de dollars.
UNE HOSTILITE AMERICAINE GEOPOLITIQUE MANIFESTE ET MAJEURE !
Au milieu de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, Washington – et dans une moindre mesure certains diplomates et hommes politiques d’Europe occidentale – a vivement critiqué l’initiative ‘Belt and Road’ « visant à favoriser les entreprises chinoises et à servir les objectifs géopolitiques de Beijing ».
Lors de la réunion de l’APEC, le vice-président américain, Mike Pence, a averti que « la Chine endettait des pays avec une dette qu’ils ne pouvaient pas se permettre » et a proposé aux États-Unis une option rivale qui ne « contraint pas et ne compromet pas votre indépendance ». En réponse au discours de Pence, le ministère chinois des Affaires étrangères a déclaré « qu’aucun pays en développement n’avait été embourbé dans des problèmes d’endettement en raison de sa coopération avec la Chine et que les États-Unis devaient cesser de pointer du doigt les autres ».
Le ministère chinois du Commerce a déclaré en novembre 2018 que les investissements chinois dans 55 entreprises des pays situés dans les  régions Belt & Road s’élevaient à 11,9 milliards de dollars US sur les dix premiers mois de l’année, soit une augmentation de 6,4% sur un an.
NOTES :
(1) (2) Voir sur LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/
* TAIWAN : LA PROCHAINE CRISE GEOPOLITIQUE EN ASIE (I).
PEKIN VS LES ‘SEPARATISTES’ DE TAIPEI
* TAIWAN : LA PROCHAINE CRISE GEOPOLITIQUE EN ASIE (II).
TRUMP CONTRE LE ‘PRINCIPE DE LA CHINE UNIQUE’
* TAIWAN : LA PROCHAINE CRISE GEOPOLITIQUE EN ASIE (III).
VU DES USA, COMMENT WASHINGTON UTILISE TAIPEI POUR AFFAIBLIR LA CHINE ?
(Sources : The Monocle Minute – Geopolitical Futures – South China Morning Post – MTI-Hungary – EODE Think Tank)
LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE
* Avec le Géopoliticien de l’Axe Eurasie-Afrique :
Géopolitique – Géoéconomie – Géoidéologie – Géohistoire –
Géopolitismes – Néoeurasisme – Néopanafricanisme
(Vu de Moscou et Malabo) :
PAGE SPECIALE Luc MICHEL’s Geopolitical Daily
________________
* Luc MICHEL (Люк МИШЕЛЬ) :
PAGE OFFICIELLE III – GEOPOLITIQUE
* EODE :

(XHDW)(1)习近平出席“一带一路”国际合作高峰论坛开幕式并发表主旨演讲 LM.GEOPOL - Pékin sommet obor (2019 04 25) FR 3 LM.GEOPOL - Pékin sommet obor (2019 04 25) FR 4

This entry was posted in # ACTU / BREAKING NEWS. Bookmark the permalink.

Comments are closed.