# LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/ FLASH VIDEO/ L’ENJEU DE LA RESISTANCE DE MOSCOU ET PEKIN CONTRE L’AGRESSION MONDIALE DE WASHINGTON ET LES LECONS POUR L’AFRIQUE …

VIDEO.FLASH.GEOPOL - Moscou Pékin en Afrique - amtv (2019 05 23) FR (1)

LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE/
Flash Vidéo Géopolitique/ Geopolitical Flash Video/
2019 05 23/

Le Flash Vidéo du jour …
Le géopoliticien Luc MICHEL dans LE DEBAT PANAFRICAIN du 5 mai 2018
sur AFRIQUE MEDIA

Sources :

* La Video sur EODE-TV/ LUC MICHEL:
L’ENJEU DE LA RESISTANCE DE MOSCOU ET PEKIN CONTRE L’AGRESSION MONDIALE DE WASHINGTON ET LES LECONS POUR L’AFRIQUE …
(SUR AFRIQUE MEDIA)
sur https://vimeo.com/336668437

* Thème de l’émission :
INGERENCE DES AMERICAINS EN AFRIQUE ET AU VENEZUELA
La Russie demande aux Etats-Unis de cesser immédiatement de s’ingérer dans les affaires internes du Venezuela et des pays africains. Quelle lecture ?

MOSCOU ET PEKIN SEUL REMPART CONTRE LA « NOUVELLE POLITIQUE AFRICAINE » DE TRUMP. ET C’EST BOLTON QUI LE DIT …

Le conseiller présidentiel pour la sécurité nationale, le Neocon John Bolton (issu du Régime Bush II), a tenté d’adapter au continent africain le mot d’ordre « America First », ou « l’Amérique d’abord », qui guide la politique étrangère de l’administration républicaine.

S’il s’est targué d’exposer cette vision moins de deux ans après l’arrivée de l’homme d’affaires à la Maison Blanche, son gouvernement n’avait jusque-là pas manifesté un intérêt particulier pour l’Afrique – dont on n’a vraiment parlé à Washington que lorsque Donald Trump a qualifié certains Etats africains de « pays de merde » lors d’une réunion à huis clos. La « nouvelle stratégie pour l’Afrique » se traduit par une méfiance confirmée à l’égard des institutions multilatérales, une promesse de parcimonie avec l’argent du contribuable américain, et une compétition aux airs de guerre froide avec les rivaux des Etats-Unis.

« Les grandes puissances concurrentes, à savoir la Chine et la Russie, étendent rapidement leur influence financière et politique à travers l’Afrique », a déclaré John Bolton dans un discours devant le cercle de réflexion conservateur Heritage Foundation à Washington. « Elles ciblent de manière délibérée et agressive leurs investissements dans la région pour accroître leurs avantages comparatifs sur les Etats-Unis », a-t-il déploré, dénonçant pêle-mêle « pots-de-vin », « accords opaques », recours chinois à la dette pour « tenir les Etats africains en otages » ou encore pillage russe des ressources naturelles. Or, selon l’administration Trump, « les comportements prédateurs de la Chine et de la Russie freinent la croissance économique en Afrique » et « posent une menace significative pour les intérêts nationaux américains ».

Mais alors que le gouvernement américain assure – comme tous ses prédécesseurs – vouloir la prospérité, l’indépendance et la bonne gouvernance des pays africains, sa politique semble surtout ouvrir la porte à un certain désengagement, en tout cas sous les formes traditionnelles. Les Etats-Unis, qui font toujours de la lutte contre le terrorisme islamiste une de leurs priorités, veut que les pays africains prennent en main leur propre sécurité. Et vont plaider pour « rationaliser, revoir, ou mettre fin » aux missions de l’ONU qui ne favorisent pas « une paix durable », a prévenu John Bolton. « Notre objectif est de résoudre les conflits, pas de les geler indéfiniment », a insisté l’ancien ambassadeur américain aux Nations unies, un « faucon » très hostile au multilatéralisme. Il a cité en exemple l’opération onusienne au Sahara occidental, rappelant avoir participé à sa mise en place en 1991 alors qu’il travaillait au département d’Etat américain.

Plus largement, John Bolton a promis de passer au peigne fin l’aide économique américaine – un exercice « bientôt » terminé – pour faire en sorte qu’elle apporte des résultats, alors que le locataire de la Maison Blanche veut drastiquement couper les ressources budgétaires affectées à la diplomatie. « Malheureusement, des milliards et des milliards de dollars des contribuables américains n’ont pas abouti aux résultats escomptés », a estimé John Bolton. « A partir de maintenant, les Etats-Unis ne toléreront plus cette longue tradition d’aide sans résultats, d’assistance sans responsabilité, et de soutien sans réforme », a-t-il lancé. Au Soudan du Sud en proie à une guerre civile après avoir reçu une importante assistance américaine, notamment, « nous ne fournirons plus de prêts ou de ressources américaines supplémentaires à un gouvernement sud-soudanais dirigé par les mêmes dirigeants en faillite morale qui perpétuent cette horrible violence », a insisté le conseiller.

« Cette approche me semble particulièrement contre-productive et risque de rapprocher nos partenaires potentiels de Pékin », a jugé sur Twitter Abraham Denmark, expert du cercle de réflexion ‘Wilson Center’. « Ne pouvons-nous pas nous intéresser à l’Afrique pour ses propres mérites et ne pas en faire un pion du grand jeu d’échecs avec la Chine ? »

LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE
(Flash Vidéo Géopolitique/
Complément aux analyses quotidiennes de Luc Michel)

* Avec le Géopoliticien de l’Axe Eurasie-Afrique :
Géopolitique – Géoéconomie – Géoidéologie – Géohistoire –
Géopolitismes – Néoeurasisme – Néopanafricanisme
(Vu de Moscou et Malabo) :
PAGE SPECIALE Luc MICHEL’s Geopolitical Daily
https://www.facebook.com/LucMICHELgeopoliticalDaily/
________________

* Luc MICHEL (Люк МИШЕЛЬ) :
WEBSITE http://www.lucmichel.net/
PAGE OFFICIELLE III – GEOPOLITIQUE
https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel.3.Geopolitique/
TWITTER https://twitter.com/LucMichelPCN
LUCMICHEL.ORG-TV https://vimeo.com/lucmichelorgtv
* EODE :
EODE-TV https://vimeo.com/eodetv
WEBSITE http://www.eode.org/

VIDEO.FLASH.GEOPOL - Moscou Pékin en Afrique - amtv (2019 05 23) FR (2)

This entry was posted in # ACTU / BREAKING NEWS. Bookmark the permalink.

Comments are closed.