# LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/ LIVRE GEOPOLITIQUE/ GOODBYE BRITANNIA : LE BREXIT VU DU ROYAUME-UNI

LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE/
Supplément livre au Quotidien géopolitique/ Geopolitical Daily de Luc MICHEL/
2021 03 31/
Série III/2020-1324

* GOODBYE BRITANNIA :
LE ROYAUME-UNI AU DEFI DU BREXIT
de Sylvie Bermann
Editeur : Stock

* Voir sur PRESS TV/
LE DEBAT DU 01 09 2020 AVEC LUC MICHEL/
LE BREXIT : UNE OPERATION GEOPOLITIQUE DES USA CONTRE BRUXELLES
https://vimeo.com/453731274

“The fundamental problem for Britain has always been continental Europe”
- George Friedman (‘Geopolitical Future’).

LE BREXIT VU DE LONDRES

Le vote de 2016 sur le Brexit a provoqué la stupeur dans le monde et au Royaume-Uni, généralement considéré comme l’incarnation de la mondialisation heureuse. Même si la Grande Bretagne est un pays insulaire, très différent des États membres continentaux de l’Union européenne, et intuitivement eurosceptique, ce scrutin a en réalité marqué le début d’une ère populiste où l’expertise et les faits sont rejetés au profit des passions souvent négatives. Les thèmes dominants exploités par des démagogues – les Farage et autres Johnson -, issus eux-mêmes des classes privilégiées, ont été la haine des élites, le rejet de l’immigration et un réflexe identitaire profond fondé sur la nostalgie d’un âge d’or fantasmé. Cela a été révélateur d’un basculement du monde, qui a trouvé sa réplique quelques mois plus tard aux Etats-Unis avec l’élection de Donald Trump, mais aussi en Italie avec l’émergence de la ligue de Salvini, en Allemagne avec l’arrivée d’une centaine de députés d’extrême droite de l’AFD au Bundestag …

Pendant que l’Union européenne se défait, que le guerre commerciale USA vs UE s’approfondit, la Chine poursuit sa politique de puissance géoéconomique alors que les États-Unis ont initié une nouvelle guerre froide tous azimuts. La pandémie de Covid a mis en lumière et accentué ce phénomène et le monde se définit désormais par rapport à la rivalité entre ces deux géants, qui devrait être le facteur déterminant des prochaines décennies.

Dans ce contexte, le Royaume-Uni malgré la proclamation d’une « global Britain » a choisi un chemin solitaire, pris en étau par Washington qui limitera ses choix au lieu de les augmenter. « L’Union européenne doit, elle, maintenir une ligne solidaire afin de préserver sa liberté et préyendre exercer le rôle d’une puissance d’équilibre » (sic), edit l’éditeur.

NOTRE REGARD GEOPOLITIQUE SUR LE BREXIT

Après Farrage, au service de FOX NEWS (la TV US des neocons), voici Jonhson, avec sa « relation privilégiée » avec Trump et l’impérialisme anglo-saxon (1) ! On sait maintenant que les dirigeants du Brexit ne voulaient pas l’indépendance britannique mais une relation privilégiée de soumission avec Washington … Le rappel par Trump à peine élu en 2017 de son soutien étroit à la politique aventuriste de Londres (2) rappelle que la Grande-Bretagne a toujours été un cheval de Troie américain dans la CEE-UE et que l’impérialisme anglo-saxon (où Washington a succédé à Londres) est une réalité de base !

La thalassocratie américaine est avant tout (idéologie, méthodes, buts) l’héritière de la thalassocratie britannique (les « cousins » disent les yankee des britanniques) : toutes deux sont le visage moderne de la « nouvelle Carthage » anglo-saxonne, ploutocratique et oligarchique ! Et aujourd’hui le combat entre cette puissance maritime de Washington (héritière de Londres) et la puissance continentale de Moscou (Celle de Staline ou celle de Poutine, la « quatrième Rome ») alliée à Pékin et Téhéran (3) est une nouvelle guerre punique (4) …

« Le Brexit, opération made in USA ». Comme nous l’analysions dès le début, ce Brexit est une opération américaine visant à fracturer l’Union Européenne dans les guerres commerciale entre UE et USA et financière entre Dollar et Euro. Ensuite Trump est venu, porté au pouvoir par les mêmes réseaux qui ont favorisé le Brexit (Les milliardaire d’extrême-droite US Mercer et les manipulateurs des « Big Datas », les Cambridge Analytic et cie, notamment). Mi-juillet 2018, en seconde visite officielle depuis Londres, Trump confirmait déjà notre analyse : Londres devait choisir entre Washington et Bruxelles et le président US s’affirmait l’ami des partisans du Brexit dur, de la rupture totale avec l’UE, les Boris Jonhson et autres Nigel Farrage, l’employé de Fox News.

Ce sont le général de Gaulle et le Géopoliticien Jean Thiriart (le père du concept de la « Grande-Europe de vladivostok à Reykjavik » dès 1964) qui avaient raison : « pas de cheval de Troie anglo-saxon dans l’Europe en construction » …

50 ans après la comédie d’une Grande-Bretagne devenue « européenne » (sic) est finie et les espoirs aussi. Aujourd’hui la CEE devenue UE est un projet politique mort et un projet géopolitique mort-né. L’égoïsme et la sabotage pro-américain de Londres, celui des « cousins anglo-saxons », qui s’affirme aujourd’hui sur la question des vaccins anti-Covid, et qui à redevenir un porte-avion US face à l’UE, ajouté à l’égoïsme et aux nostalgies de la Grande-Allemagne de Berlin y ont une large responsablité !

L’AUTEUR

Sylvie Bermann est diplomate. Elle a été en poste à Hong Kong, à Pékin, à Moscou, puis à la mission permanente de la France auprès des Nations unies à New York. Elle a été ambassadeur au Comité politique et de sécurité de l’Union européenne à Bruxelles, puis directrice des Nations unies et des organisations internationales au Quai d’Orsay avant d’enchaîner les postes d’ambassadeur en Chine, au Royaume-Uni puis en Russie, où elle a été à chaque fois la première femme à exercer ces fonctions. Elle est actuellement présidente du Conseil d’administration de l’Institut des Hautes Études de Défense Nationale (IHEDN).

EXTRAITS :
« CES PROJETS MEGALOMANIAQUES QUI VOYAIENT LE JOUR DANS TOUT LONDRES »

« Le jour d’avant : Londres nouvelle ville-monde.
Revenue dans la vieille Europe à l’été 2014 d’une Chine en pleine effervescence, j’ai été étonnée de retrouver à Londres une extraordinaire vitalité et un dynamisme comparables à ceux de Shanghai. Dans la City et au-delà du London Bridge, des tours futuristes avaient émergé, dessinant une nouvelle skyline. Et on avait autorisé la construction de deux cents autres tours. Des grues faisaient face à Westminster et, vue insolite lors des garden-parties de la reine, entouraient les jardins du palais de Buckingham. Le représentant de Bouygues me disait alors qu’il n’y avait plus de grues en quantité suffisante pour ces innombrables chantiers. Si, à New York et à Shanghai désormais, « sky’s the limit », à Londres, la frénésie bâtisseuse visait aussi le noyau terrestre : le sol pouvait être indéfiniment creusé sous les maisons. C’était la folie des megabasements. Le voisin de la résidence de l’ambassadeur de France, ancien promoteur immobilier de l’agence Foxton’s, avait déposé un projet démesuré qui prévoyait de bâtir sous la maison et toute l’étendue du jardin deux étages souterrains pour y construire notamment un garage doté d’un ascenseur carrousel pour ses voitures de collection. Comme ce projet risquait de menacer les fondations et le bon fonctionnement de la résidence, les ambassadeurs de France successifs, soutenus par leurs homologues résidant dans la très chic allée ombragée de Kensington Palace Gardens, sont allés devant les tribunaux. La presse s’en était fait l’écho avec une tonalité plutôt critique à l’encontre de ces projets mégalomaniaques qui voyaient le jour dans tout Londres. Une maison géorgienne s’est un jour écroulée. Les voisins de ces propriétaires acharnés à creuser des termitières géantes pestaient contre le bruit et la poussière auxquels ils étaient confrontés depuis plusieurs années. »

# L’ANALYSE DE REFERENCE DU GEOPOLITICIEN LUC MICHEL SUR
LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY

* POUR UNE VISION GEOPOLITIQUE DU ‘BREXIT’: UNE OPERATION AMERICAINE REUSSIE CONTRE L’UNION EUROPEENNE
http://www.lucmichel.net/2020/01/31/luc-michels-geopolitical-daily-pour-une-vision-geopolitique-du-brexit-une-operation-americaine-reussie-contre-lunion-europeenne/

NOTES :

(1) Cfr. LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/
ENCORE ET TOUJOURS L’IMPERIALISME ANGLO-SAXON
Sur http://www.lucmichel.net/2018/01/05/luc-michels-geopolitical-daily-encore-et-toujours-limperialisme-anglo-saxon/

(2) Lire sur LLB : “De grands jours attendent nos deux peuples et nos deux pays”: Donald Trump invité par la reine Elizabeth
sur http://www.lalibre.be/actu/international/de-grands-jours-attendent-nos-deux-peuples-et-nos-deux-pays-donald-trump-invite-par-la-reine-elizabeth-588bc3e3cd70e747fb5c7a25

(3) Voir sur LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/
FLASH VIDEO/ GUERRE FROIDE 3.0 : LE RETOUR DE LA CONFRONTATION DES BLOCS GEOPOLITIQUES
http://www.lucmichel.net/2021/03/29/luc-michels-geopolitical-daily-flash-video-guerre-froide-3-0-le-retour-de-la-confrontation-des-blocs-geopolitiques/

(4) Face à la puissance continentale, la thalassocratie, la puissance maritime : cet impérialisme anglo-saxon, passés des mains des « cousins » britanniques à celles de Washington et Wall-street (l’impérialisme yankee a deux capitales) entre 1917 et 1944. LE conflit géopolitique classique, qui resurgit périodiquement, car la Géopolitique a horreur du vide, au travers de l’Histoire depuis 2.500 ans (Sparte vs Athènes, puis surtout le conflit de base : Rome vs Carthage, très actuel puisque nous vivons depuis 1792 la longue « quatrième guerre punique », où les USA, après Londres, sont la nouvelle Carthage) …
Les trois guerres puniques opposèrent durant près d’un siècle la Rome antique et Carthage (civilisation punique et pas « africaine », les africains sont ses voisins numides, alors alliés de Rome). La cause initiale des guerres puniques fut le heurt des deux empires en Sicile, qui était en partie contrôlée par les Carthaginois. Au début de la première guerre punique, Carthage avait formé un vaste empire maritime (thalassocratie) et dominait la mer Méditerranée, alors que Rome avait conquis l’Italie péninsulaire (puissance continentale). À la fin de la troisième guerre punique, Rome parvint à conquérir les territoires carthaginois et à détruire Carthage, devenant ainsi la plus grande puissance de la Méditerranée.

LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE
Supplément livre au Quotidien géopolitique/ Geopolitical Daily de Luc MICHEL

* Avec le Géopoliticien de l’Axe Eurasie-Afrique :
Géopolitique – Géoéconomie – Géoidéologie – Géohistoire –
Géopolitismes – Néoeurasisme – Néopanafricanisme
(Vu de Moscou et Malabo) :
PAGE SPECIALE Luc MICHEL’s Geopolitical Daily
https://www.facebook.com/LucMICHELgeopoliticalDaily/
________________

* Luc MICHEL (Люк МИШЕЛЬ) :
WEBSITE http://www.lucmichel.net/
PAGE OFFICIELLE III – GEOPOLITIQUE
https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel.3.Geopolitique/
TWITTER https://twitter.com/LucMichelPCN
LUC-MICHEL-TV https://vimeo.com/lucmicheltv
* EODE :
EODE-TV https://vimeo.com/eodetv
WEBSITE http://www.eode.org/
LINKEDIN https://www.linkedin.com/in/luc-michel-eode-600661163/

LM.GEOPOL - III-2021-1323 LIVRE le brexit vu de londres (2021 03 31) FR

This entry was posted in # ACTU / BREAKING NEWS. Bookmark the permalink.

Comments are closed.