# LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/ ‘L’AMERIQUE VEUT COUPER LES LIENS ECONOMIQUES ENTRE L’UE ET LA RUSSIE’ (LAVROV)

LM.GEOPOL -IV-2022 lavrov usa ue russie (2021 08 09) FR

Le Quotidien géopolitique – Geopolitical Daily/
de LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ)/
2022 099 08/ Série IV/
(avec AFP – RT – Al manar)

En Ukraine, les USA ont trois buts de guerre :

1- abattre géopolitiquement et militairement la Russie ;
2- creuser un fossé entre les économies complémentaires, ouest-européennes et russes ;
3- fracturer l’UE, leur principal rival économique.

DES 2014, AU DEBUT DE LA CRISE DE CRIMEE, LAVROV DEVOILAIT LE PLAN AMERICAIN

Au lendemain de l’entrée en vigueur des premières sanctions de l’UE contre la Russie en raison de son implication présumée dans le conflit en Ukraine, le ministre russe des Affaires étrangères avait accusé les Etats-Unis de vouloir ternir les relations économiques entre Moscou et l’Union européenne.

L’Amérique veut profiter de la situation actuelle pour couper les liens économiques entre l’Europe et la Russie ».

C’est ce qu’avait affirmé Sergueï Lavrov dans un entretien à la chaîne de télévision russe TV Centre, début septembre 2014. L’objectif était déjà selon lui d’imposer à l’UE ses livraisons de gaz dont les prix sont nettement supérieurs à ceux du gaz russe.

PASSER DU GAZ RUSSE AU GAZ AMERICAIN

Washington souhaitait « s’assurer les conditions les plus favorables dans le cadre des négociations sur la création d’un partenariat transatlantique commercial et d’investissement », avait-il estimé. Ainsi, les Etats-Unis « tentent d’imposer à l’Europe les livraisons du gaz liquéfié américain à des prix qui ne peuvent pas être concurrentiels par rapport aux prix du gaz russe », avait précisé le ministre.

Il avait par ailleurs accusé l’UE d’être « prête à sacrifier son économie à la politique », en soulignant que Bruxelles avait décidé de préparer une nouvelle série de sanctions contre la Russie le 5 septembre 2014, le jour où un accord sur le cessez-le-feu en Ukraine avait été signé à Minsk, « avant tout grâce à une initiative du président russe, Vladimir Poutine ».

« La Russie est intéressée à ce que notre partenariat stratégique avec l’Union européenne se renforce et se développe », avait-il pourtant souligné.

8 ANS PLUS TARD LE PLAN AMERICAIN SE REALISE :
POUR LAVROV, LES ANGLO-SAXONS POUSSENT A UNE «VERITABLE GUERRE» ENTRE L’EUROPE ET LA RUSSIE

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a estimé dans une interview à la rédactrice en chef monde de RT Margarita Simonian, ce 20 juillet 2022, que « les conditions pour des négociations avec l’Ukraine n’étaient pas réunies pour l’heure »

Il a expliqué cet état de fait par l’attitude de Kiev et de ses alliés, dont il estime qu’ils tentent d’éloigner l’Europe de la Russie.

Rappelant que Moscou avait consenti aux négociations réclamées par les dirigeants ukrainiens au début de l’offensive militaire russe, Sergueï Lavrov a estimé que les premiers rounds de discussion avaient révélé «l’absence de volonté chez la partie ukrainienne de mener une discussion sérieuse sur quoi que ce soit».

Et le ministre russe de poursuivre en évoquant la position défendue par Olaf Scholz, Boris Johnson, Ursula von der Leyen ou encore Josep Borrel, selon laquelle l’Ukraine ne devrait «pas négocier maintenant, car ses positions sont faibles sur le front», mais devrait se renforcer sur le champ de bataille dans un premier temps.

«Ce sont des discours hypocrites, ce n’est qu’un décor», a commenté Sergueï Lavrov, voyant dans cette attitude une volonté de pousser l’Europe à la confrontation avec la Russie.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a estimé dans une interview à la rédactrice en chef monde de RT Margarita Simonian, ce 20 juillet, que les conditions pour des négociations avec l’Ukraine n’étaient pas réunies pour l’heure.

Il a expliqué cet état de fait par l’attitude de Kiev et de ses alliés, dont il estime qu’ils tentent d’éloigner l’Europe de la Russie.

Rappelant que Moscou avait consenti aux négociations réclamées par les dirigeants ukrainiens au début de l’offensive militaire russe, Sergueï Lavrov a estimé que les premiers rounds de discussion avaient révélé «l’absence de volonté chez la partie ukrainienne de mener une discussion sérieuse sur quoi que ce soit».

Et le ministre russe de poursuivre en évoquant la position défendue par Olaf Scholz, Boris Johnson, Ursula von der Leyen ou encore Josep Borrel, selon laquelle l’Ukraine ne devrait «pas négocier maintenant, car ses positions sont faibles sur le front», mais devrait se renforcer sur le champ de bataille dans un premier temps.

«Ce sont des discours hypocrites, ce n’est qu’un décor», a commenté Sergueï Lavrov, voyant dans cette attitude une volonté de pousser l’Europe à la confrontation avec la Russie.

LES UKRAINIENS «PAS AUTORISES» A NEGOCIER SANS L’ACCORD DE WASHINGTON ?

«Nos collègues américains (sic), nos collègues britanniques (resic) – c’est une chose anglo-saxonne ça – avec le soutien actif des Allemands, des Polonais et des Baltes, veulent vraiment faire de cette guerre une véritable guerre et provoquer un conflit entre la Russie et les pays européens», a encore affirmé Sergueï Lavrov.

«Je n’ai aucun doute que les Ukrainiens ne seront pas autorisés à négocier jusqu’à ce que les Américains décident. « on a semé le chaos, et maintenant on peut les livrer à eux-mêmes, et on verra comment ils s’en sortiront »», a poursuivi le chef de la diplomatie.

NORDSTREAM 2 : «NOUS NOUS REORIENTONS SANS PERTE MAJEURE»

Enfin, au sujet des sanctions qui se multiplient contre Moscou, notamment dans le domaine énergétique, Sergueï Lavrov a souligné que la Russie n’aurait aucun «problème particulier» à réorienter ses exportations de gaz.

«Dans la situation actuelle, 50% du volume destiné à [Nordstream 2] a déjà été réservé pour notre consommation intérieure, à la fois pour le chauffage, pour l’industrie chimique et pour d’autres tâches industrielles. Nous nous réorientons sans perte majeure, je n’en doute pas, nous avons un acheteur, il y a un marché», a noté le ministre.

Luc MICHEL (Люк МИШЕЛЬ)

* Avec le Géopoliticien de l’Axe Eurasie-Afrique :
Géopolitique – Géoéconomie – Géoidéologie – Géohistoire – Géopolitismes – Néoeurasisme – Néopanafricanisme
(Vu de Moscou, Téhéran et Malabo) :
PAGE SPECIALE Luc MICHEL’s Geopolitical Daily

https://www.facebook.com/LucMICHELgeopoliticalDaily/

* WEBSITE http://www.lucmichel.net/
LUCMICHEL-TV https://vk.com/lucmicheltv

TWITTER https RADIO.LUCMICHEL

https://www.podcastics.com/podcast/radiolucmichel/://twitter.com/LucMichelPCN

FACEBOOK https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel/

This entry was posted in # ACTU / BREAKING NEWS. Bookmark the permalink.

Comments are closed.