# LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/ AINSI PARLA VLADIMIR POUTINE : ‘RUPTURE DEFINITIVE ENTRE LA RUSSIE ET L’OCCIDENT’

LM.GEOPOL -IV-2022 ainsi parla poutine (2022 10 02) FR (1)

Le Quotidien géopolitique – Geopolitical Daily/
de LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ)/
2022 10 02 / Série IV/
(avec Russosphère)

Poutine promet de défendre la Russie contre « le système néocolonial Ce vendredi 30 septembre, Il s’est lancé dans une longue diatribe anti-occidentale. Poutine promet de défendre la Russie contre « le système néocolonial » des Occidentaux ! « Ce sont les faits ! » Le regard déterminé, le verbe ferme, Vladimir Poutine a répété à plusieurs reprises cette expression, vendredi 30 septembre après-midi, lorsque, face à l’élite nationale réunie au Kremlin, il s’est lancé dans une violente et longue diatribe anti-occidentale avant de formaliser l’annexion de quatre régions ukrainiennes.

Guerre en Ukraine: pour Vladimir Poutine le conflit est l’un des résultats de l’«effondrement de l’Union soviétique»

L’Union soviétique a été dissoute le 26 décembre 1991. Le président russe Vladimir Poutine a estimé jeudi que les conflits en ex-URSS, notamment celui en cours entre la Russie et l’Ukraine, étaient « bien sûr » le résultat de l’« effondrement de l’Union soviétique » et a accusé l’Occident de semer la discorde.

« Nous savons que l’Occident élabore des scénarios pour attiser de nouveaux conflits dans l’espace de la CEI (la Communauté des Etats indépendants, une organisation intergouvernementale composée en 2020 de neuf des quinze anciennes républiques soviétiques, NDLR). Mais nous en avons déjà assez (de conflits) », a-t-il déclaré, lors d’une réunion avec des responsables des services de sécurité de pays membres de la Communauté des États indépendants, qui rassemble d’anciennes républiques soviétiques.

« Il suffit de regarder ce qui se passe en ce moment entre la Russie et l’Ukraine, ce qui se passe aux frontières de certains pays de la CEI. Tout cela, bien sûr, ce sont des résultats de l’effondrement de l’Union soviétique », a-t-il poursuivi.

Le président russe a également affirmé qu’un « ordre mondial plus juste » était en train de se former via « un processus difficile ». « Une hégémonie unipolaire s’écroule inexorablement, c’est une réalité objective que l’Occident refuse catégoriquement d’accepter. Et nous voyons tout ce qui en découle », a-t-il affirmé.

« En s’accrochant au passé et en essayant de mener une politique de diktat dans tous les domaines – des relations internationales à l’économie, en passant par la culture et le sport – ce fameux Occident collectif crée de nouveaux problèmes et de nouvelles crises », a encore lancé M. Poutine.

Le 16 septembre, lors d’un sommet régional asiatique, Vladimir Poutine s’était déjà posé en contrepoids de l’ordre occidental, en se félicitant du « rôle croissant des nouveaux centres de pouvoir ». Par le passé, Vladimir Poutine a qualifié l’effondrement de l’URSS comme « la plus grande catastrophe géopolitique » du XXe siècle.

CE QU’IL FAUT RETENIR DU DISCOURS DE POUTINE

Vladimir Poutine a pris la parole ce vendredi au Kremlin pour officialiser l’annexion de quatre régions d’Ukraine. Mais ce n’est pas la seule chose qu’il a évoqué.

Ce vendredi, peu après 15 heures (14 heures heure belge) Vladimir Poutine a pris la parole à l’occasion d’une cérémonie organisée dans la salle Saint-George du Kremlin pour officialiser l’annexion de quatre régions ukrainiennes (Donetsk, Lougansk, Zaporijjia et Kherson) dans lesquelles des « référendums » (condamnés par la grande majorité de la communauté internationale) ont été organisés.

ANNEXION DE TERRITOIRES
Dans son discours d’une quarantaine de minutes prononcé devant un public composé de membres du gouvernement, de députés et de sénateurs, et d’autres membres de l’élite politique et religeuse russe, M. Poutine a appelé Kiev à « cesser immédiatement les tirs, toutes les hostilités et à revenir à la table des négociations ». « Mais le choix des habitants de Donetsk, Lougansk, Zaporijjia et Kherson ne sera pas discuté. Il a été réalisé et la Russie ne le trahira pas », a-t-il averti.

Le leader russe a livré une violente charge anti-occidentale et justifié à nouveau son «opération spéciale» en annonçant le retour à la «Grande russie». Il a ensuite ratifié l’annexion des régions ukrainiennes. Le président russe et les quatre dirigeants prorusses ont ensuite joint leurs mains avant de scander « Russie! » à l’unisson avec la salle, selon les images retransmises à la télévision.

Balayant les critiques occidentales, M. Poutine a ajouté: « Les habitants de Lougansk et Donetsk, Kherson et Zaporijjia deviennent nos citoyens pour toujours« . « Les gens ont voté pour notre avenir commun. »

« Nous défendrons notre terre avec toute notre force et tous les moyens à notre disposition« , a encore dit M. Poutine, alors que les responsables russes ont menacé à plusieurs reprises de faire usage de l’arme nucléaire pour défendre les nouveaux territoires ukrainiens incorporés vendredi. « Le champ de bataille auquel le destin et l’histoire nous ont appelés est le champ de bataille pour notre peuple, pour la grande Russie historique, pour les générations futures, nos enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants. »

Après le discours, les dirigeants des régions ukrainiennes séparatistes de Donetsk et Lougansk (est) et de Zaporijjia et Kherson (sud) ont signé les documents d’annexion aux côtés de M. Poutine.

MINUTE DE SILENCE

Poutine a demandé une minute de silence pour remercier les soldats russes combattant en Ukraine ou s’appprêtant à le faire. Le dirigeant a remercié « tous ceux qui ont perdu leur vie » lors de « l’opération spéciale », le nom donné par la Russie à la guerre en Ukraine.

Menaces contre l’Occident

Vladimir Poutine a par ailleurs assuré ne pas vouloir redonner vie à l’URSS, tout en dénonçant le « colonialisme » de l’Occident. « L’URSS a disparu, le passé ne peut être ramené. Et la Russie n’a pas besoin de cela aujourd’hui, nous n’y aspirons pas », a-t-il déclaré.

Mais il a affirmé que Moscou refusait le « diktat » imposé, selon lui, par l’Occident, les Etats-Unis en tête. « Après l’effondrement de l’URSS, l’Occident a décidé que tout le monde devait se plier à son diktat (…) et que la Russie ne se remettrait pas de tous ces bouleversements et s’effondrerait d’elle-même. » « L’Occident est prêt à tout pour préserver le système néo-colonial qui lui permet de parasiter et, en réalité, de piller le monde entier« , a ajouté le président russe.

« ILS VEULENT NOUS VOIR COMME UNE COLONIE »

« Ils veulent nous voir comme une colonie« , a-t-il encore fustigé. Selon lui, Washington cherche à imposer sa volonté dans le monde via « la force brute » et le « droit du poing ». Il a rappelé que les Etats-Unis étaient le seul pays au monde à avoir employé « deux fois l’arme atomique », alors que le Kremlin a menacé de défendre les régions annexées en Ukraine en usant de la bombe nucléaire.

De manière générale, Vladimir Poutine a soutenu que l’Occident avait un comportement ayant « les traits d’un satanisme explicite« .

VLADIMIR POUTINE PROMET DE DEFENDRE LA RUSSIE CONTRE «LE SYSTEME NEOCOLONIAL» DES OCCIDENTAUX

Avant une fête bien mise en scène sur la place Rouge, le chef du Kremlin a prononcé vendredi un violent discours. Sans menaces nucléaires. Mais avec de longues diatribes anti-occidentales confirmant sa stratégie contre l’Ouest.

Pendant près d’une heure, Vladimir Poutine a en fait déroulé une longue démonstration: son «opération militaire spéciale», selon la litote du chef du Kremlin, va bien au-delà du conflit en Ukraine.

Russie ! Ensemble pour toujours… » Au-dessus de la scène installée au cœur de la place Rouge, sur le bout de la langue des spectateurs rassemblés face au Kremlin, dans le discours de Vladimir Poutine quelques heures plus tôt, la même formule a été répétée tout le long de la journée à Moscou vendredi. Devant l’élite rassemblée, elle, sous les lustres dorés de la grande salle blanche Saint-Georges, le chef du Kremlin a d’abord donné le ton en milieu d’après-midi. Les habitants des quatre régions d’Ukraine qui ont « voté » cette semaine pour leur rattachement à la Russie lors de référendums. « seront nos citoyens pour toujours », a lancé Vladimir Poutine.
QUI A SABOTE LES GAZODUCS NORD STREAM ?

Le président russe Vladimir Poutine a aussi accusé les Anglo-Saxons d’être à l’origine des explosions qui ont provoqué des fuites importantes dans les gazoducs Nord Stream 1 et 2, construits pour acheminer le gaz russe en Europe. « En organisant des explosions sur les gazoducs internationaux qui longent le fond de la mer Baltique, ils ont en réalité commencé à détruire l’infrastructure énergétique européenne« . Poutine a imputé ce « sabotage » aux « Anglo-saxons ».

Selon le président russe, les États-Unis « font pression » sur les pays européens pour qu’ils coupent complètement leur approvisionnement en gaz russe « afin de s’emparer (eux-mêmes) du marché européen ». Avant le début du conflit avec l’Ukraine fin février, le gaz russe représentait 40% des livraisons annuelles de gaz à l’Union européenne, un chiffre qui est tombé à 9% début septembre selon Bruxelles.

POUR VLADIMIR FEDOROVSKI, SON DISCOURS MARQUE LA RUPTURE DEFINITIVE ENTRE LA RUSSIE ET L’OCCIDENT.

Au micro de RTL, Vladimir Fédorovski, est revenu sur le discours de Vladimir Poutine qui a officialisé l’annexion de quatre régions de l’Ukraine. Pour l’écrivain russo-ukrainien et ancien diplomate proche de Gorbatchev, ce discours de Vladimir Poutine marque « une rupture définitive entre la Russie et l’Occident ».

Ainsi, « il y aura une réorientation de la Russie vers l’Asie », autour de la Chine et de l’Iran. pour Vladimir Fédorovski, « on n’a jamais été aussi près de l’apocalypse ». En effet, il y a deux scénarii possibles : si l’Ukraine gagne, récupère les régions annexées et va jusqu’en Crimée, Vladimir Poutine « va réagir par tous les moyens ». Au contraire, si le plan de Poutine se passe comme prévu, en envahissant encore plus l’Ukraine, « ce sont les Américains qui vont intervenir » car ils n’accepteront jamais la domination russe autour de la mer noire.

Pour l’ancien diplomate, « Vladimir Poutine ne bluffe pas » quand il indique qu’il défendra par tous les moyens les nouveaux territoires annexés en Ukraine. Vladimir Fédorovski déclare également que l’on ne peut pas comparer la guerre en Ukraine avec la Guerre Froide, car au temps de la Guerre Froide, « il y avait des règles ».

Le président russe affirme que la Russie a un autre avenir que celui proposé par l’Occident, et justifie le conflit actuel pour « une Russie libre ». Un « Russie! » scandée à l’unisson par les quatre dirigeants des territoires annexés, qui se tenaient la main, est venue terminer ce discours profondément anti-occidental.

# DISCOURS DE VLADIMIR POUTINE AU RASSEMBLEMENT-CONCERT « LE CHOIX DES GENS. ENSEMBLE POUR TOUJOURS »
Vendredi 30.09.2022, Place Rouge, Moscou. Chers amis! Aujourd’hui, nous avons un jour historique spécial, solennel et sans exagération – le jour de la vérité et de la justice. Je ne peux m’empêcher de me rappeler comment l’Union soviétique s’est formée lorsque la Russie a créé l’Ukraine moderne. C’est la Russie qui a créé l’Ukraine moderne en y transférant des territoires importants, des territoires historiques de la Russie elle-même avec une population à laquelle personne n’a demandé où, comment les gens voulaient vivre, comment ils voulaient organiser l’avenir de leurs enfants, dans quel Etat. Et avec l’effondrement de l’Union soviétique, la même chose s’est produite – les élites ont tout décidé entre elles, des millions de citoyens ordinaires n’ont rien demandé. Et ce n’est que maintenant que la Russie moderne a accordé aux personnes vivant dans la République populaire de Lougansk, à Donetsk [République populaire], à Zaporozhye et à Kherson le droit de choisir. Les gens sont venus au référendum et ont fait ce choix-d’être avec leur Patrie historique, avec la Russie! Un seul épisode de ce qui s’est passé il y a deux, trois ou quatre jours : les élections à Lougansk, les gens font la queue dans la rue à l’un des bureaux de vote et les tirs d’artillerie ont commencé. Le projectile est tombé à proximité, non loin – personne n’a quitté la file d’attente pour le bureau de vote. Merveilleux ! Pendant des décennies, ils ont essayé d’éradiquer la conscience historique de ces gens, de détruire leurs traditions, de leur interdire de parler leur langue maternelle, d’interdire la culture – rien n’y réussit. Ces personnes portaient dans leur cœur l’amour de leur patrie historique et l’ont transmis à leurs enfants. Et c’est pourquoi nous disons : la Russie n’ouvre pas seulement les portes de notre patrie à nos frères et sœurs, elle leur ouvre son cœur. Bienvenue à la maison ! Mais nous savons à qui nous devons aujourd’hui, la célébration d’aujourd’hui – nous le devons à nos soldats et officiers héroïques, aux miliciens du Donbass, aux volontaires. Nous sommes ici sur la place rouge aujourd’hui, mais ils ne sont pas au défilé, ils sont au combat, ils défendent héroïquement le choix du peuple qui a été fait il y a quelques jours – je sais de quoi je parle – héroïquement. Et donc, en signe de soutien, de gratitude, en reconnaissance de leurs mérites, pour leur héroïsme et leur sacrifice, je propose d’ici, de la place rouge, de leur envoyer un signal de notre soutien, de notre respect et de notre admiration pour leur sacrifice et leur héroïsme. Je propose de le faire fort, de sorte qu’à des milliers de kilomètres, ils entendent la voix de la place rouge, trois fois « hourra ». Un, deux, trois ! Hourra ! Hourra ! Hourra ! Chers amis, nous ferons tout pour soutenir nos frères et sœurs à Zaporozhye, à Kherson, à Donetsk et à Lougansk. Nous ferons tout pour assurer la sécurité, améliorer la sécurité dans ces territoires et pour ces personnes. Nous ferons tout pour relancer l’économie, reconstruire les infrastructures, construire de nouvelles écoles, d’autres établissements d’enseignement, des hôpitaux et des cliniques. Nous sommes devenus plus forts parce que nous sommes ensemble. La vérité est derrière nous, et dans la vérité il y a la force, ce qui signifie la victoire ! La victoire sera à nous ! Merci ! Bonne chance ! Traduction : DISCOURS DE VLADIMIR POUTINE AU RASSEMBLEMENT-CONCERT « LE CHOIX DES GENS. ENSEMBLE POUR TOUJOURS » Vendredi 30.09.2022, Place Rouge, Moscou. Chers amis! Aujourd’hui, nous avons un jour historique spécial, solennel et sans exagération – le jour de la vérité et de la justice. Je ne peux m’empêcher de me rappeler comment l’Union soviétique s’est formée lorsque la Russie a créé l’Ukraine moderne. C’est la Russie qui a créé l’Ukraine moderne en y transférant des territoires importants, des territoires historiques de la Russie elle-même avec une population à laquelle personne n’a demandé où, comment les gens voulaient vivre, comment ils voulaient organiser l’avenir de leurs enfants, dans quel Etat. Et avec l’effondrement de l’Union soviétique, la même chose s’est produite – les élites ont tout décidé entre elles, des millions de citoyens ordinaires n’ont rien demandé. Et ce n’est que maintenant que la Russie moderne a accordé aux personnes vivant dans la République populaire de Lougansk, à Donetsk [République populaire], à Zaporozhye et à Kherson le droit de choisir. Les gens sont venus au référendum et ont fait ce choix-d’être avec leur Patrie historique, avec la Russie! Un seul épisode de ce qui s’est passé il y a deux, trois ou quatre jours : les élections à Lougansk, les gens font la queue dans la rue à l’un des bureaux de vote et les tirs d’artillerie ont commencé. Le projectile est tombé à proximité, non loin – personne n’a quitté la file d’attente pour le bureau de vote. Merveilleux ! Pendant des décennies, ils ont essayé d’éradiquer la conscience historique de ces gens, de détruire leurs traditions, de leur interdire de parler leur langue maternelle, d’interdire la culture – rien n’y réussit. Ces personnes portaient dans leur cœur l’amour de leur patrie historique et l’ont transmis à leurs enfants. Et c’est pourquoi nous disons : la Russie n’ouvre pas seulement les portes de notre patrie à nos frères et sœurs, elle leur ouvre son cœur. Bienvenue à la maison ! Mais nous savons à qui nous devons aujourd’hui, la célébration d’aujourd’hui – nous le devons à nos soldats et officiers héroïques, aux miliciens du Donbass, aux volontaires. Nous sommes ici sur la place rouge aujourd’hui, mais ils ne sont pas au défilé, ils sont au combat, ils défendent héroïquement le choix du peuple qui a été fait il y a quelques jours – je sais de quoi je parle – héroïquement. Et donc, en signe de soutien, de gratitude, en reconnaissance de leurs mérites, pour leur héroïsme et leur sacrifice, je propose d’ici, de la place rouge, de leur envoyer un signal de notre soutien, de notre respect et de notre admiration pour leur sacrifice et leur héroïsme. Je propose de le faire fort, de sorte qu’à des milliers de kilomètres, ils entendent la voix de la place rouge, trois fois « hourra ». Un, deux, trois ! Hourra ! Hourra ! Hourra ! Chers amis, nous ferons tout pour soutenir nos frères et sœurs à Zaporozhye, à Kherson, à Donetsk et à Lougansk. Nous ferons tout pour assurer la sécurité, améliorer la sécurité dans ces territoires et pour ces personnes. Nous ferons tout pour relancer l’économie, reconstruire les infrastructures, construire de nouvelles écoles, d’autres établissements d’enseignement, des hôpitaux et des cliniques. Nous sommes devenus plus forts parce que nous sommes ensemble. La vérité est derrière nous, et dans la vérité il y a la force, ce qui signifie la victoire ! La victoire sera à nous ! Merci ! Bonne chance ! * Traduction : Russosphère. t.me/russospheret.me/russosphere

# LES SANCTIONS CONTRE MOSCOU « MENACENT LE MONDE ENTIER », SELON POUTINE

Vladimir Poutine s’était déjà exprimé ce 07/09/2022 dans le cadre d’un Forum économique organisé à Vladivostok :

Il a assuré que les sanctions décrétées contre la Russie devant l’invasion de l’Ukraine pénalisaient toute la communauté internationale, et il a célébré sa relation avec le continent asiatique, multipliant les coups à l’égard de ses anciens interlocuteurs occidentaux.
Il est « impossible » pour les pays occidentaux d’isoler la Russie en dépit des sanctions contre Moscou qui représentent une « menace pour le monde entier », avait déclaré le président russe Vladimir Poutine. « Peu importe combien certains voudraient isoler la Russie, il est impossible de le faire », a lancé Vladimir Poutine lors de ce forum économique tourné vers l’Asie à Vladivostok, dans l’extrême-orient russe.

APRES LA PANDEMIE, LA « FIEVRE DES SANCTIONS »

La pandémie de nouveau coronavirus « a été remplacée par de nouveaux défis d’ordre global, qui menacent le monde entier. Je veux parler de la fièvre de sanctions de l’Occident », a-t-il ajouté. Le président russe a dénoncé « le refus obstiné des élites occidentales de voir les faits » et « la domination insaisissable des Etats-Unis » dans la mise en place de lourdes sanctions contre la Russie à la suite de l’offensive menée en Ukraine depuis fin février. « Des changements irréversibles se sont produits dans tout le système des relations internationales », a-t-il noté.

Malgré une pluie de sanctions occidentales, Vladimir Poutine a affirmé que la Russie « n’a rien perdu et ne perdrait rien ». « Il y a une certaine polarisation en cours, mais je pense que ça ne sera que bénéfique », a-t-il ajouté. Devant de nombreux dirigeants économiques et politiques asiatiques, notamment chinois, il a aussi salué « le rôle croissant » de la région Asie-Pacifique dans les affaires du monde, à l’opposé d’un Occident qu’il a dépeint comme sur le déclin, miné notamment par l’ »inflation ».

UN PARTENARIAT RENFORCE AVEC L’ASIE, ET UN ELOIGNEMENT VIS-A-VIS DE L’OCCIDENT

Face à « l’agression technologique, financière et économique de l’Occident », le président russe a dit se réjouir de « l’éloignement petit à petit » de l’économie russe du dollar, de l’euro et de la livre sterling, « des devises pas fiables », vers notamment le yuan chinois. Mardi, le géant gazier russe Gazprom, entreprise d’Etat, avait annoncé que la Chine paierait dorénavant ses contrats en roubles et en yuans, au lieu du dollar, nouveau signe de rapprochement entre Moscou et Pékin sur fond de tensions avec l’Occident.

« La majorité absolue des Etats d’Asie-Pacifique n’accepte pas la logique destructrice des sanctions », s’est encore satisfait Vladimir Poutine. « Un partenariat créatif ouvrira de nouvelles opportunités gigantesques pour nos peuples », a-t-il affirmé dans son discours.

Luc MICHEL (Люк МИШЕЛЬ)

* Avec le Géopoliticien de l’Axe Eurasie-Afrique :
Géopolitique – Géoéconomie – Géoidéologie – Géohistoire – Géopolitismes – Néoeurasisme – Néopanafricanisme
(Vu de Moscou, Téhéran et Malabo) :
PAGE SPECIALE Luc MICHEL’s Geopolitical Daily

https://www.facebook.com/LucMICHELgeopoliticalDaily/

* WEBSITE http://www.lucmichel.net/
LUCMICHEL-TV https://vk.com/lucmicheltv

TWITTER https RADIO.LUCMICHEL

https://www.podcastics.com/podcast/radiolucmichel/://twitter.com/LucMichelPCN

FACEBOOK https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel/

LM.GEOPOL -IV-2022 ainsi parla poutine (2022 10 02) FR (2)

This entry was posted in # ACTU / BREAKING NEWS. Bookmark the permalink.

Comments are closed.