# LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/ KISSINGER : MORT D’UN CRIMINEL DE GUERRE AMERICAIN (II) : LE CRIMINEL DE GUERRE LE PLUS NOTOIRE DES USA ?

LM.GEOPOL -IV-2023 KISSINGER II (2023 12 06) FR

Karel Huybrechts pour
Le Quotidien géopolitique – Geopolitical Daily/
de LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ)/
2023 12 06/ Série V/
Avec PRESS TV

Qu’est-ce qui fait de Kissinger le criminel de guerre le plus notoire des USA ?

L’ancien haut diplomate américain le plus notoire et le plus belliciste, plus connu pour ses crimes de guerre et son exportation de l’impérialisme que pour sa diplomatie, est mort ce jeudi, à l’âge de 100 ans.

Henry Kissinger, l’un des principaux architectes de la politique étrangère américaine de la guerre froide sous les présidences de Richard Nixon et de Gerald Ford, a rendu son dernier soupir dans sa maison de Kent, dans le Connecticut.

Alors qu’aux États-Unis, il est souvent félicité pour avoir provoqué un rapprochement avec la Chine, dans le monde entier, il est connu comme un criminel de guerre notoire avec le sang de millions de personnes sur les mains.

On estime que les victimes de ses crimes de guerre flagrants comptent entre plusieurs centaines de milliers et plusieurs millions, de l’Argentine, du Bangladesh, du Cambodge, du Chili, de Chypre, du Timor oriental, de la Palestine, de l’Afrique du Sud et du Vietnam.

En 1973, de manière tout à fait scandaleuse, il a reçu le prix Nobel de la paix pour avoir négocié un accord de cessez-le-feu pendant la guerre du Vietnam, bien qu’il ait joué un rôle déterminant dans le déclenchement et la propagation de la guerre dévastatrice initiale au Cambodge voisin.

Au cours des huit années où il a été secrétaire d’État américain, Kissinger a façonné la politique étrangère interventionniste américaine, qui est devenue plus tard une référence pour ses successeurs pour exporter l’hégémonie et l’impérialisme américains dans le monde entier.

CHRISTOPHER HITCHENS, L’AUTEUR DE THE TRIAL OF HENRY KISSINGER,

a appelé dans son livre de 2001 à ce que l’ancien haut diplomate américain soit poursuivi pour complot en vue de commettre des meurtres, des enlèvements et des actes de torture à travers le monde.

« Les États-Unis pourraient soit persister à détourner leur regard de l’impunité flagrante dont jouit un criminel de guerre et contrevenant notoire, soit se laisser prendre par les normes exaltées auxquelles ils imposent continuellement à tout le monde », a écrit Hitchens.

QUELS SONT LES PRINCIPAUX CRIMES DE KISSINGER ?

L’un de ses rôles les plus notoires a été au Cambodge, où il a orchestré l’extension de la guerre du Vietnam grâce à des bombardements secrets en 1969 et à des invasions terrestres par les forces américaines pendant des années.

Les États-Unis auraient fait pleuvoir plus de 540 000 tonnes de bombes au cours d’une campagne appelée Opération Menu qui a été exécutée sans le soutien ni la connaissance du Congrès américain.

Cette aventure militaire meurtrière a provoqué une guerre civile de huit ans entre le gouvernement cambodgien et les Khmers rouges qui a entraîné la mort d’environ 275 000 à 310 000 personnes et le déplacement de millions d’autres.

Des câbles déclassifiés de 1970 révèlent qu’après avoir parlé avec Nixon, Kissinger a envoyé le message suivant à son adjoint, Alexander Haig : « Il veut un bombardement massif du Cambodge ; tout ce qui vole, tout ce qui bouge. Avez-vous compris ? C’est un ordre, il doit être exécuté. »

L’auteur et personnalité de la télévision Anthony Bourdain, après avoir visité le Cambodge, a écrit dans son livre A Cook’s Tour publié en 2011 : « Une fois que vous serez allé au Cambodge, vous voudrez absolument battre Kissinger à mort, même à mains nues. »

« Soyez témoin de ce qu’Henri a fait au Cambodge – le fruit de son génie politique – et vous ne comprendrez jamais pourquoi il n’est pas assis sur le banc des accusés à La Haye à côté de Milošević. »

IL A EGALEMENT JOUE UN ROLE DETERMINANT DANS LE MASSACRE DU PEUPLE EST-TIMORAIS PAR LES FORCES INDONESIENNES AU MILIEU DES ANNEES 1970.

Kissinger et le président Ford, lors d’une rencontre avec le dictateur indonésien Suharto en décembre 1975, lui donnèrent pour instructions d’envahir le Timor oriental, ce qui déclencha une guerre civile qui fit au moins 200 000 morts, selon des documents déclassifiés de 2001.

AU CHILI,

Kissinger a travaillé en coulisses pour déstabiliser et saper le gouvernement de Salvador Allende, considéré comme une menace pour l’hégémonie américaine en Amérique du Sud à une époque où tous les autres pays d’Amérique latine avaient des dictatures militaires installées par les États-Unis.

Moins de trois ans après le début du règne d’Allende, en pleine inflation galopante et de grèves massives orchestrées par la CIA, un coup d’État organisé par les États-Unis et dirigé par le général Augusto Pinochet n’a eu pour conséquence que la chute du gouvernement démocratiquement élu.

Un rapport du gouvernement chilien a révélé plus tard que plus de 40 000 personnes avaient été tuées, torturées ou emprisonnées sous le régime meurtrier de Pinochet, à la demande de l’administration américaine de l’époque et de Kissinger.

EN ARGENTINE,

Kissinger a soutenu militairement le général Jorge Rafael Videla, chef de la junte, après avoir renversé le gouvernement démocratiquement élu de la présidente Isabel Perón en mars 1976, selon des documents déclassifiés.

Ces actions ont conduit à la sale guerre entre 1976 et 1983, au cours de laquelle la junte militaire argentine a tué entre 10 000 et 30 000 personnes. Beaucoup d’entre eux ont été victimes de disparitions forcées.

KISSINGER A EGALEMENT ETE IMPLIQUE AU BANGLADESH,

anciennement connu sous le nom de Pakistan oriental, où lui et Nixon ont soutenu le génocide de la population par le Pakistan occidental.

Après sa mort jeudi, le ministre des Affaires étrangères du Bangladesh, AK Abdul Momen, a déclaré que Kissinger avait soutenu le régime militaire pakistanais pendant la guerre de 1971 et qu’il n’avait pas présenté d’excuses au peuple bangladais pour ses actes.

Kissinger est également responsable de la consolidation de la dictature vassale américaine en Iran dans les années 1970, ce qui a eu des conséquences indésirables à long terme pour Washington.

QUEL ROLE KISSINGER A-T-IL JOUE EN IRAN ?

L’opportunisme politique de Kissinger est particulièrement évident dans l’exemple des relations avec l’Iran que la diplomatie américaine sous sa direction considérait [l’Iran], selon les mots du Leader de la Révolution islamique, l’honorable Ayatollah Ali Khamenei, comme une « vache à lait ».

Dans les années 1970, accompagnant le président américain Nixon, il s’est rendu à Téhéran et a lancé des accords militaires massifs sur l’exportation d’armes d’une valeur de plusieurs milliards de dollars vers l’Iran.

À ses yeux, la meilleure solution pour l’Iran était une dictature militaire rigide qui dépenserait massivement en armes américaines et autres produits coûteux, tout en jouant le rôle d’un mandataire américain contre les pays de la région qui refusaient de se tourner vers Washington.

Cette attitude est en partie le résultat de la défaite de la guerre du Vietnam. C’est pourquoi les autorités américaines n’aimaient pas l’idée de répéter le même scénario en Asie de l’Ouest, avec d’énormes pertes américaines.

En 1975, alors qu’il occupait le poste de secrétaire d’État et conseiller à la sécurité nationale, Kissinger fut l’homme clé de la signature d’un accord de 15 milliards de dollars, dont 6,4 milliards de dollars pour l’achat de huit réacteurs nucléaires américains.

Le régime du Shah envisageait alors de construire au total vingt centrales nucléaires avec importation d’uranium enrichi, ce pour quoi Washington et ses alliés se sont montrés très enthousiastes, y voyant une opportunité lucrative pour leurs entreprises.

Ces traités se sont effondrés quatre ans plus tard en raison du mécontentement populaire massif à l’égard de la dictature soutenue par l’Occident et de la victoire de la Révolution islamique, dont Kissinger redoutait naturellement la perspective.

Il était l’un des plus ardents partisans de l’octroi de l’asile au Shah déchu, arguant que c’était «l’obligation morale » des Etats-Unis. A propos de l’agression du régime baasiste irakien contre l’Iran, il a déclaré : « Il est dommage que les deux régimes ne puissent pas être vaincus. »

Trois décennies plus tard, lorsque l’Iran a annoncé la poursuite du développement d’un programme nucléaire civil, cette fois avec sa propre technologie et sans contrat de plusieurs milliards de dollars avec des entreprises américaines et occidentales, Kissinger a renversé la situation.

Dans un article publié dans The Washington Post en 2005, Kissinger écrit que « pour un producteur majeur de pétrole comme l’Iran, l’énergie nucléaire constitue un gaspillage de ressources ».

Ce changement radical a confirmé une fois de plus que les Américains ont un problème essentiel avec les prouesses technologiques et les progrès des pays indépendants, car ils croient que seuls les États-Unis ont droit au monopole des technologies avancées.

Dans les années 2000, Kissinger est devenu un partisan de l’interventionnisme américain en Asie de l’Ouest et rencontrait régulièrement le président américain de l’époque, George W. Bush, et le vice-président Dick Cheney, pour leur donner des conseils sur la désastreuse invasion de l’Irak.

L’effondrement des ambitions impériales américaines en Irak et dans d’autres pays de la région a culminé avec l’intensification de sa rhétorique anti-iranienne.

En 2014, alors que l’Irak et la Syrie étaient sous l’emprise du terrorisme takfiriste [Daech], il déclare que « l’Iran est un problème plus grave que Daech », arguant que la chute de Daech ouvrirait la porte à ce qu’il a appelé les « desseins impériaux » de Téhéran.

En plus d’apporter un soutien sans équivoque au terrorisme anti-iranien, il s’est également fermement opposé à l’accord nucléaire de 2015 entre l’Iran et les [six] puissances mondiales, conclu sous la présidence de Barack Obama.

Il a maintenu la même position après que le successeur mégalomane d’Obama, Donald Trump, a abandonné l’accord, affirmant que toute tentative visant à retourner à l’accord était « extrêmement dangereuse ».

Luc MICHEL (Люк МИШЕЛЬ)

* Avec le Géopoliticien de l’Axe Eurasie-Afrique :
Géopolitique – Géoéconomie – Géoidéologie – Géohistoire – Géopolitismes – Néoeurasisme – Néopanafricanisme
(Vu de Moscou, Téhéran et Malabo) :
PAGE SPECIALE Luc MICHEL’s Geopolitical Daily

https://www.facebook.com/LucMICHELgeopoliticalDaily/

* WEBSITE http://www.lucmichel.net/
LUCMICHEL-TV https://vk.com/lucmicheltv
TWITTER https://twitter.com/LucMichelPCN
RADIO.LUCMICHEL

https://www.podcastics.com/podcast/radiolucmichel/

FACEBOOK https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel/

This entry was posted in # ACTU / BREAKING NEWS. Bookmark the permalink.

Comments are closed.